Archives pour l'étiquette tourisme

En route pour la découverte d’une nature splendide, d’un milieu intrigant et d’un stage enrichissant

Par Sebastian Kluth, étudiant au Baccalauréat en enseignement au secondaire — profil univers social

Suite à  mon trimestre intensif en cours, en découvertes et en émotions, j’ai fini ma troisième année universitaire avec un stage de consolidation des compétences en enseignement au secondaire de cinq semaines et demi. Après deux stages très enrichissants à  l’école Charles-Gravel à  Chicoutimi et à  l’école secondaire Kénogami à  Jonquière, j’ai pris la décision de passer mon troisième stage en un milieu et en une région différente. J’ai fait le choix de donner des cours d’histoire et d’éducation à  la citoyenneté à  six groupes de troisième secondaire à  l’école Jean-du-Nord à  Sept-àŽles. Cet article est le premier d’une série de contributions qui suivront sur ce blogue dans les semaines à  venir et qui parleront de ce que j’ai vécu durant cette période courte, mais très intense de ma vie.

Entre le 25 mars et le 3 mai 2012, j’ai été en colocation avec une jeune enseignante de la Basse-Côte-Nord qui avait fait un Baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire et un jeune pilote d’avion de la ville de Québec dans la banlieue du chef-lieu de la région administrative de la Côte-Nord. J’ai pu découvrir les diverses facettes de cette belle ville en découvrant des endroits plus industriels tels que le Parc Ferland, mais aussi des régions plutôt touristiques telles que les plages Ferguson, Routhier, Lévesque et Monaghan. J’ai fait la découverte du vaste port de Sept-àŽles dans le sud autant que du secteur du Lac Daigle dans le nord qui offrait un beau panorama sur la ville. Durant mon séjour, j’ai eu la chance de traduire le texte d’un guide touristique sur la ville de Sept-àŽles de la langue française à  la langue allemande ce qui m’a aidé à  savoir davantage sur mon nouveau milieu de vie.

Lors de mon arrivée dans la région avec un ami, j’ai également pu découvrir des petits villages pittoresques tels que Ragueneau et j’ai eu la chance de voir la belle ville de Baie-Comeau pendant deux jours. Ces deux villes principales de la région sont d’ailleurs assez complémentaires et ont chacune leur charme particulier. Mon chemin de retour s’est fait en autobus et m’a permis de voir beaucoup d’autres beaux endroits de la région comme Godbout ou Baie-Trinité. Ce sont souvent des villages et petites villes très calmes, proches du fleuve Saint-Laurent et de l’océan d’un càŽté et près des grandes forêts et collines de l’autre. L’économie locale est dominée par l’industrie minière, mais aussi encore par des activités traditionnelles telles que la pêche et la chasse ou encore les activités en lien avec les gigantesques barrages hydroélectriques de la région.

Arrêt à  Ragueneau entre Chicoutimi et Sept-àŽles
Arrêt à  Ragueneau entre Chicoutimi et Sept-àŽles

 

Au centre-ville de Baie-Comeau
Une petite tempête hivernale au centre-ville de Baie-Comeau

 

Arrivée à  Sept-àŽles
Devant mon nouvel appartement de Sept-àŽles

D’un autre côté, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour voyager lors de mon stage qui était très demandant, mais une des expériences les plus enrichissantes que j’ai vécue dans ma vie. La relation avec mon enseignant associé était vraiment excellente et la base de ce stage couronné de succès. Nous avons par exemple planifié des cours ensemble, discuté des besoins des différents groupes et de certains élèves éprouvant des difficultés particulières et organisé des examens et leurs corrections. Toutes ces tâches demandaient beaucoup de rencontres en dehors des heures de cours et même durant les fins de semaine, surtout au début lorsque j’apprenais les bases essentielles sur la gestion de classe de mon enseignant associé, sur les règles et conduites de l’école et sur les différents outils pédagogiques qui pouvaient être utilisés en classe. Il ne m’a pourtant pas seulement donné des conseils utiles pour la profession, mais j’ai appris beaucoup de choses qui me serviront dans ma vie de tous les jours aussi.

Ensuite, il y avait également une conseillère de stage qui est venue m’évaluer à  deux reprises directement à  Sept-àŽles et avec qui mon enseignant associé et moi étions en échange régulier. Elle était le deuxième pilier essentiel qui m’a permis de progresser vers une amélioration de mes compétences menant à  une réussite de mon stage. Je lui ai envoyé une panoplie de rapports réflexifs, d’évaluations de mes douze compétences et de canevas pour la planification de mes cours au courant de vingt-cinq jours de ma prise en charge de l’enseignement. Des rencontres importantes au début et à  la fin de mon stage se sont d’ailleurs également déroulées avec elle. Elle a réussi à  me mettre au défi en m’inspirant à  me dépasser et d’aller toujours plus loin avec des conseils très constructifs en lien avec chacune des douze compétences professionnelles proposées par le Ministère de l’à‰ducation, du Loisir et du Sport dans le Programme de formation de l’école québécoise.

Les arts et sports de la neige et de la glace au Québec

Par Sebastian Kluth, étudiant au Baccalauréat en enseignement au secondaire — profil univers social

La vingt-huitième édition de Saguenay en Neige se déroule actuellement du 2 au 12 février dans le Parc de la Rivière-aux-Sables à  Jonquière sous la thématique «retombez en enfance». Le festival met en scène une panoplie de sculptures sur neige allant des contributions des différentes écoles secondaires de la Commission scolaire de la Jonquière jusqu’aux participations des professionnels venant autant de la région comme de Saint-Gédéon que d’autres provinces canadiennes comme le Nouveau-Brunswick avec leurs “œuvres géantes suivant la thématique de cette année. Avec plus d’un millier d’inscriptions et environ deux cents sculptures, les spectateurs peuvent ainsi observer des concours scolaire, amateur et professionnel ainsi que quelques participations hors concours. Le site du festival est facilement accessible. Il suffit de prendre l’autobus à  l’auto-gare de Chicoutimi en direction de Jonquière pendant une bonne trentaine de minutes et de faire cinq à  dix minutes de marche par la suite en passant par le centre-ville de la ville voisine de Chicoutimi.

En plus des concours et expositions, il y a deux grandes glissades sur lesquelles les petits autant que les grands peuvent amplement s’amuser, une place pour faire du jumpaï et également des endroits pour faire de l’escalade. Dans le Pavillon Nikitoutagan, les visiteurs ont l’occasion de se réchauffer, mais ils peuvent également acheter des petits trucs à  grignoter ou encore assister à  quelques animations allant du karaoké aux ateliers de danse latine ou encore à  des spectacles de groupes comme les BB, Arthur l’aventurier, Bodh’aktan ainsi que Lili et Virus. Des activités spéciales comme une visite de l’équipe de hockey des Saguenéens de Chicoutimi ainsi qu’un feu d’artifice inaugural très coloré, étonnamment diversifié et bien visité qui durait une bonne quinzaine de minutes couronnent une programmation des plus diversifiées cette année. Profitez donc des dernières journées pour faire un tour à  Jonquière surtout lorsque le beau temps d’hiver avec beaucoup de soleil joue en avantage de ce festival. Notez qu’il y a même des journées spéciales pour les personnes vivant avec un handicap et leurs amis, les jeunes des garderies ou les élèves des écoles primaires. Ainsi, tout le monde peut aisément participer à  ce festival traditionnel gratuit qui sait toujours attirer des visiteurs de proche et de loin. Ceux et celles qui aiment le festival pourraient aussi essayer de se rendre à  Saint-Gédéon où se déroule l’onzième édition du Festival des Glaces entre le 17 et le 26 février. À€ part de la participation de sculpteurs de glace amateurs et professionnels, le festival offre des activités diversifiées et différentes de Saguenay en Neige comme un tournoi de poker, une course de motoneiges ou encore les Olympiades hivernales pour toute la famille. Le seul bémol est la question du transport car le village est difficile sinon impossible d’accès pour ceux et celles qui n’ont pas de voiture et qui comptent encore en vain sur les transports en commun. Il faut donc organiser un covoiturage ou proposer une petite excursion organisée à  partir de l’université. Sinon, il reste toujours la finale du championnat du Red Bull Crashed Ice à  l’extérieur de la région dans la ville de Québec qui se déroulera entre le 15 et le 17 mars prochain. Après quelques tentatives échouées, j’aimerais bien assister à  cet événement attirant une foule de près de 100 000 personnes à  chaque année même si je vais être en fin de session intensive déjà  vu que mon trimestre se terminera avec un stage de cinq semaines que je ferai à  Sept-IŽles. Avec cette belle brochette d’activités, l’hiver au Québec ne devient donc jamais trop long et ennuyant et au lieu de s’ennuyer du beau printemps, je vous conseille de profiter de cette saison intense qui est actuellement à sa plus belle apogée.