Archives pour l'étiquette tourisme politique

Tourisme politique

Par Ariane Néron Lapointe, étudiante au Baccalauréat en science politique

10686766_10204660650934539_4000769413470280488_n

En janvier dernier, j’ai reçu une proposition pour le moins inusité de la part du Réseau Québec-Monde, http://reseauquebecmonde.org/fr/, organisme sans but lucratif qui se spécialise dans le tourisme politique : assister au référendum écossais à titre d’observatrice. L’occasion inouïe de prendre le pouls d’un évènement politique de plus en plus rare en démocratie : la volonté de se donner un pays, un État. Je me suis donc envolée vers le vieux continent, début septembre, dans une sorte d’« auberge espagnole », avec quarante-huit passionnés de politique, afin de vivre la période référendaire. Entre le Better Together et le Yes, les conférences avec les députés et les acteurs sociaux, les rassemblements partisans et la visite du parlement écossais, je me suis sentie écossaise durant ces trois semaines. D’Edinburgh à Kyle of Lochalsh, en passant par Stirling, Dornie et Sky, j’ai traversé ce magnifique pays sauvage et rencontré des gens exceptionnels – Écossais, Anglais, Français, Catalans, Gallois et Québécois –. Loin d’être militante, j’ai observé, discuté et compris. Compris la puissance d’un mouvement social où l’enjeu n’est pas de défendre un parti, mais bien un projet de société tendu vers le bien commun par les hommes et pour les hommes. Si ce sont les gens que l’on rencontre qui forgent ce que nous sommes, ces gens m’ont redonné foi en mes idéaux par leur dévouement envers leur projet de société.
Après l’effervescence d’un tel moment, le retour à la quotidienneté est lourd. L’instant référendaire, en mettant en place une solidarité entre les hommes, une solidarité que je parviens difficilement à trouver au Québec, m’a charmé. Il m’a montré le chemin vers une société qui choisit la lutte à la facilité, au statu quo. J’ai donc quitté cette Europe que j’aime à la fois triste et heureuse avec la force de terminer mon baccalauréat.
Puisque ce sont les grands évènements politiques qui forgent l’histoire des hommes, ma belle Écosse je te dis à la prochaine fois.

Ariane