Archives pour l'étiquette Sport

Maintenir une bonne densité osseuse, comment est-ce possible ?

Travées osseusesPar Philippe Ouellet, étudiant au Baccalauréat en sciences de la réadaptation (physiothérapie)

Avec notre population qui se fait vieillissante, c’est important de prendre soin de nos os. Ils se fragilisent, se brisent plus facilement et causent d’importantes douleurs. Pourtant, il existe des stratégies préventives nutritionnelles et des habitudes de vies toutes simples qui permettent d’améliorer la densité osseuse.

Rôle de l’alimentation

Commençons par les différents aspects nutritionnels dont il faut être conscient pour avoir une bonne densité osseuse. Il faut :

  • Éradiquer le plus possible les sucres raffinés (boissons gazeuses, sucreries, etc.).
  • Éviter la consommation excessive de protéines.
  • Favoriser la prise de légumes foncés de couleurs différentes chaque jour.
  • Prendre suffisamment de calcium et de vitamine D(via les légumes, les noix, les poissons et les produits laitiers).

Une bonne nutrition prévient la déminéralisation des os. C’est expliqué par une balance acido-basique à l’intérieur du corps. Les aliments tels que les sucres raffinés et les protéines acidifient notre organisme. Pour maintenir le PH désiré, le corps puise des minéraux alcalins dans nos os. Résultat : ils sont plus minces, moins solides et sont plus fragiles. Oh misère ! De plus, selon la communauté scientifique, une alimentation trop « acide », pourrait augmenter l’incidence du diabète, des problèmes cutanés, des cancers… Une consommation adéquate de vitamine D permet la déposition du calcium sur les os. Sans vitamine D, même si on a plein de calcium dans notre alimentation, ça ne sert strictement à rien !

Rôle du physiothérapeute

Mis à part les mesures de prévention alimentaires, comme physiothérapeute, il convient de prescrire un exercice physique adapté à la personne. Pour la plupart des gens, des activités avec impact telles que la course, la marche, les sports de stop & go (tennis, basket-ball, volley-ball) envoient bon nombre de signaux à l’organisme afin d’augmenter la masse osseuse afin d’être en mesure de supporter le stress imposé aux os. Il faut éviter les sports aquatiques si vous souhaitez uniquement augmenter votre masse osseuse : ils diminuent l’effet gravitationnel sur les os et n’envoient donc pas de signaux pour l’augmenter!

Plus spécifiquement, les os répondent à certains principes pour être maintenus en bonne santé et favoriser la déposition de calcium et d’autres minéraux dans les os (MacArdle, 2009). Je vous nomme ici les trois plus importants.

  • Spécificité : l’activité physique fournit un signal pour augmenter la masse osseuse
  • Surcharge : augmenter la charge et l’intensité de l’exercice pour augmenter la masse osseuse et améliorer son organisation
  • Réversibilité : si on arrête la spécificité et la surcharge de l’exercice, on renverse l’effet positif qu’exercent ceux-ci, donc on diminue la masse osseuse

La meilleure façon d’avoir des os en santé est d’avoir une bonne hygiène de vie. Exercice, bonne alimentation, être bien dans sa peau, c’est une recette gagnante !

A+ les amis, Phil.O

Un des outils du physiothérapeute : une grille d’analyse du mouvement

Article grille analyse mouvement photoPar Philippe Ouellet, étudiant au Baccalauréat en sciences de la réadaptation (physiothérapie)

Plusieurs d’entre vous, si vous souhaitez aller en physiothérapie, seront tentés de suivre une équipe sportive de haut niveau ou alors de collaborer avec monsieur et madame tout le monde afin d’optimiser leurs performances et leur manière de procéder à une action en particulier.
Pour ce faire, nous devons élaborer une grille d’analyse du mouvement ! C’est un genre de tableau qui décortique les différentes phases du mouvement, les différentes articulations touchées, les groupes musculaires sollicités, leur action, etc. Ça peut être utile pour analyser des mouvements aussi banaux que de se lever de son lit. Pourtant, l’étude de cet exemple banal est crucial pour déterminer si une personne présentant des incapacités aura besoin d’aides techniques ou d’un type de renforcement musculaire précis afin de pouvoir retrouver son autonomie.

De la même manière, si vous souhaitez un départ optimal en natation ou améliorer votre technique de course, des notions de physique mécanique et de physiologie musculaire (la combinaison de ces disciplines se nomme la biomécanique) nous aident encore une fois à comprendre comment chaque athlète peut optimiser ses performances et ce, en fonction de ses caractéristiques physiques et physiologiques qui lui sont propres. Il y a même eu des études sur les animaux, notamment sur les chevaux de course, afin de pouvoir déterminer les différentes variables qui font en sorte qu’une performance est plus rapide qu’une autre.

Si on pousse plus loin, on peut même définir une conformation idéale pour tel ou tel genre de discipline. Par exemple, on constate que les athlètes d’origine africaine sont plus performants en athlétisme en raison de leurs tendons astragaliens qui sont conçus de manière différente que chez les caucasiens, favorisant alors une meilleure accélération.

Bref, décortiquer et analyser un mouvement, c’est très certainement un outil très précieux pour tout physiothérapeute ayant à cœur l’optimisation des fonctions de chaque individu, pour l’aider à gagner de précieux centièmes lors d’une course ou bien l’aider à regagner son autonomie et retrouver une qualité de vie satisfaisante.

 

Une saison inaugurale remplie de records pour l’Impact de Montréal

Par Sebastian Kluth, étudiant au Baccalauréat en enseignement au secondaire — profil univers social

Cet article parlera d’un sport que j’adore autant que le hockey sur glace, mais qui est quelque peu négligé au Canada et au Québec: le soccer. Pourtant, depuis cette année, ce sport mondial a connu une importante montée en qualité et en visibilité au Québec grâce à  la saison inaugurale de l’Impact de Montréal dans la ligue majeure de soccer. Après une tournure plus que décevante de la dernière saison des Canadiens de Montréal, un retour encore lointain des Nordiques de Québec et un lock-out dans la ligue nationale de hockey, il est intéressant de découvrir un nouveau sport et de récapituler les huit premiers mois de l’Impact de Montréal en MLS.

La saison 2012 a été la première en Major League Soccer qui est la plus grande et la plus importante ligue de soccer nord-américaine pour la toute nouvelle équipe de l’Impact de Montréal. Depuis la fondation de l’équipe en 1992, les onze montréalais avaient déjà  gagné les championnats de l’American Professional Soccer League en 1994, de l’A-League en 2004, des United Soccer Leagues en 2009 ainsi que sept Coupes des Voyageurs entre 2002 et 2008. Après avoir fait partie de quatre ligues différentes et peu stables en moins de vingt ans, l’homme d’affaires canadien et propriétaire de l’équipe Joseph Saputo a songé de faire la demande officielle pour l’accession de l’Impact de Montréal à  la MLS après l’expansion du stade Saputo en 2007. Jusqu’en 2009, c’était le Toronto FC qui avait signé un contrat exclusif avec la MLS qui le légitimait comme seule équipe canadienne, mais l’équipe montréalaise figurait par la suite parmi les candidats lors de l’expansion de la ligue pour la saison 2011. Malgré le soutien financier de l’homme d’affaires américain George N. Gillet Jr. possédant des intérêts dans plusieurs équipes et organismes sportifs en Amérique du Nord et même en Angleterre, la demande n’a d’abord pas été retenue. C’étaient plutôt les Timbers de Portland ainsi que les Whitecaps de Vancouver qui ont joint la ligue. Mais Joseph Saputo continuait ses démarches et sa demande fut finalement retenue pour l’année suivante quand l’Impact de Montréal joignait la ligue comme dix-neuvième équipe. Le prix d’accès à  la ligue de quarante millions de dollars américains a été payé par la famille Saputo. En ce moment-même, les gérants de la MLS étudient les offres d’expansion pour une vingtième et dernière équipe dans un proche avenir.

Après avoir présenté son nouveau logo basé sur les couleurs blanc et bleu de l’équipe, une fleur de lys, quatre étoiles et le slogan «Tous pour gagner», une équipe d’anciens et de nouveaux joueurs fut établie à  partir de l’automne 2011. L’ancien assistant de l’équipe nationale de soccer des ɉtats-Unis Jesse Marsch devint alors l’entraîneur en chef de la nouvelle équipe. Le défenseur colombien Nelson Rivas venant de l’équipe renommée de l’Inter Milan devint le premier joueur sous contrat MLS à  Montréal. L’entraînement pour la saison débuta en janvier et l’équipe participa à  des camps d’entraînement à  Guadalajara, à  Los Angeles et à  Lake Buena Vista o๠elle obtenait des résultats plutôt moyens. La véritable saison débuta avec un match à  l’extérieur le 10 mars 2012 durant lequel l’équipe s’inclina 2 à  0 contre les Whitecaps de Vancouver. Une semaine plus tard, l’équipe ne donna pas son premier match à  domicile au stade Saputo, qui se trouve en construction d’expansion en ce moment, mais bien dans le stade olympique de Montréal devant une foule record de 58 912 spectateurs lors d’un match nul de 1 à  1 contre le Chicago Fire dans la ligue majeure de soccer. C’est le capitaine américain de l’équipe Davy Arnaud qui marqua alors le tout premier but de l’histoire de l’Impact de Montréal dans la ligue. Après un départ difficile, ce n’est qu’au sixième match lors d’une victoire de 2 à  1 à  l’extérieur contre le Toronto FC que l’équipe inscrivit sa première victoire dans la ligue. C’étaient l’attaquant bosniaque Siniša Ubiparipović et l’attaquant américain Andrew Wenger qui marquèrent pour l’Impact de Montréal. C’est lors du neuvième match que l’équipe marqua sa première victoire à  domicile de 2 à  0 contre les Timbers de Portland grâce aux buts de l’Italien Bernardo Corradi et du Bosniaque Siniša Ubiparipović‡. Lors du onzième match de la saison, une foule record de 60 860 spectateurs assista au match de leur équipe dans le stade olympique contre le Galaxy de Los Angeles avec des joueurs vedettes tels que l’Irlandais Robbie Keane, l’Américain Landon Donovan, le Brésilien Juninho ou encore l’Anglais David Beckham. L’Impact de Montréal réussit à  faire un match nul contre l’adversaire favorisé grâce au but du capitaine Davy Arnaud. Entre le 28 juillet et le 25 août, l’Impact de Montréal réussit même à  gagner cinq matchs de suite dont quatre à  domicile, mais malgré ses efforts vers la fin de la saison, l’équipe ne réussit plus à  s’inscrire pour les séries éliminatoires.

En ce qui concerne l’équipe elle-même, celle-ci est hautement diversifiée avec des joueurs de treize nationalités différentes dont la majorité vient des ɉtats-Unis. Il n’y a que cinq joueurs canadiens dans l’équipe dont deux d’origine québécoise. Même au niveau de l’âge, l’équipe est hautement divisée allant du jeune défenseur Karl Ouimette de vingt ans à  l’attaquant Eduardo Sebrango de trente-neuf ans qui a connu une longue carrière au sein de l’Impact de Montréal. C’est le capitaine Davy Arnaud qui a fait le plus de matchs pour son équipe durant la saison inaugurale, suivi de près par Felipe Martins qui a même passé plus de minutes sur le terrain et par Collen Warner. Les meilleurs marqueurs sont Patrice Bernier, Sanna Nyassi et Marco Di Vaio.

Pour conclure, l’Impact de Montréal a prouvé durant sa première saison qu’elle sait attirer de grandes foules record. Durant sa première saison, l’équipe a déjà  établi plusieurs records comme le plus grand nombre de victoires d’une équipe canadienne en MLS, le plus grand nombre de victoires lors d’une saison inaugurale en MLS et le plus grand nombre de buts réalisés par une équipe d’expansion. L’équipe promeut le soccer au Canada et au Québec. Ce sport pourrait jouer d’autant plus un grand ràŽle dans le futur face au lock-out de la ligue nationale de hockey et aux résultats décevants des Canadiens de Montréal. L’équipe a fait ses preuves qu’elle ne sert pas comme chaire à  canon. Elle a réussi à  accrocher une place respectable au centre du tableau. En analysant les tendances positives vers la fin de la saison, l’équipe semble être prête pour s’attaquer aux séries éliminatoires de la saison prochaine.