Archives pour l'étiquette semaine de relâche

« L’insoutenable légèreté de l’être »

Par Anaïs Plasse, étudiante au Baccalauréat interdisciplinaire en arts

Je partage avec vous un extrait de la magnifique oe“uvre de Kundera, « L’insoutenable légèreté de l’être ».

Chacun devrait lire ce livre qui permet de voyager à  l’intérieur même de son voyage, qui permet de s’évader à  la fois à  l’intérieur et à  l’extérieur de soi, qui offre la possibilité bouger sans se déplacer !

« Si chaque seconde de notre vie doit se répéter un nombre infini de fois, nous sommes cloués à  l’éternité comme Jésus-Christ à  la croix. Cette idée est atroce. Dans un monde de l’éternel retour, chaque geste porte le poids de l’insoutenable responsabilité. C’est ce que faisait dire à  Nietzsche que l’idée de l’éternel retour est le plus lours des fardeaux (das schwerste Gewicht).

Si l’éternel retour est le plus lourd des fardeaux, nos vies, sur cette toile de fond, peuvent apparaître dans toute leur splendide légèreté.

Mais la pesanteur est-elle vraiment atroce et belle la légèreté ?

Le plus lourd des fardeaux nous écrase, nous fait ployer sous lui, nous presse contre le sol. Mais dans la poésie amoureuse de tous les siècles, la femme désire recevoir le fardeau du corps mâle. Le plus lourd fardeau est donc en même temps l’image de plus intense accomplissement vital. Plus lourd est le fardeau, plus notre vie est proche de la terre, et plus elle est réelle et vraie.

En revanche, l’absence totale de fardeau fait que l’être humain devient plus léger que l’air, qu’il s’envole qu’il s’éloigne de la terre, de l’être terrestre, qu’il n’est plus qu’à  demi réel et que ses mouvements sont aussi libres qu’insignifiants.

Alors, que choisir? La pesanteur ou la légèreté ? »

En espérant que ce petit extrait de Milan Kundera vous donnera envie de lire le reste de l’oe“uvre, qui se veut à  la fois philosophique et romanesque.

Profitez bien de la semaine de congé, pour vous mettre au chaud (si vous êtes malade)

pour partir au soleil (si vous êtes gelés)

pour lire (si vous n’êtes ni malade, ni gelé, mais que vous vivez quand même en ermite sous une couette bien au chaud!)

à  bientôt

Anaïs

Quelle semaine!

Par Alexis St-Gelais, étudiant au Baccalauréat en chimie des produits naturels

Bonjour à  tous!

La semaine de relâche est proche, mais tant encore me sépare d’elle… Les trois jours à  venir sont passablement chargés pour moi, et je suis tombé malade la fin de semaine passée (et ça tombe toujours mal pour les étudiants hyperactifs comme moi :S ).

Demain, j’aurai un premier examen de chimie inorganique. Ce n’est peut-être pas le cours le plus représentatif du programme de science des produits naturels, puisqu’il fait partie des cours optionnels, mais je saisis quand même l’occasion de vous le présenter un peu. La chimie inorganique s’intéresse aux aspects plus fondamentaux de la chimie: comment les liens se forment entre les atomes, l’arrangement dans l’espace des molécules, leur symétrie, etc. Ce champ d’étude comprend aussi les éléments chimiques et leurs particularités et plus particulièrement les éléments de transition (autrement dit, la plupart des métaux). Le cours, depuis qu’il est intégré à  notre baccalauréat, comprend en outre quelques notions de chimie organométallique, une branche qui peut être bien utile pour synthétiser de nouvelles substances.

Voici les autres cours que je vous présenterai au fil de mes billets: « chimie analytique », « chimie organique », « chimie aromatique », « anatomie et morphologie végétale », « responsabilité professionnelle, éthique et sécurité avec les matières dangereuses » et « chimie physique ». Ceci vous donnera un beau tour d’horizon de ce à  quoi peuvent ressembler les deux premières sessions de mon programme.

Dans un ordre autre d’idées, histoire de ne pas trop demeurer en reste par rapport à  Hugo et Annie, je suis tout récemment devenu trésorier de notre association. Nous n’y sommes pas nombreux, mais nous organisons beaucoup d’activités. Vendredi prochain, nous irons notamment ensemble au Forum de chimie à  l’Université Laval. Là -bas, toute la journée, divers chercheurs du domaine de partout au Québec viendront présenter leurs travaux et résultats. De gros employeurs de chimistes seront également présents, de quoi faire le plein de contacts… Le tout se termine sur un vin et fromage ma foi fort apprécié des participants, à  ce que j’ai entendu dire!

Allez, je vous laisse: mon lit m’appelle.

Inorganiquement vôtre,

Alexis

La moitié de fait!

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Bonjour à  tous chers lecteurs non analphabètes =). Et oui! La mi-session est arrivée. Je peux vous avertir que ce n’est pas de la petite garnotte… 4 examens : <programmation en assembleur> le lundi, <Multimédia> le mercredi, puis <Calcul avancé 1> et <Probabilité et statistiques> le jeudi. On est maintenant vendredi, mes examens sont fait et la relâche commence =D ! … Fausse joie =( … J’ai 5 travaux à  faire pendant ma courte semaine de «  »relâche » » (si je pouvais accentuer encore plus les guillemets je le ferais) et 1 examen à  étudier pour le retour (Structures de données) …

Au cas o๠vous ne l’aviez pas remarqué, la relâche n’est qu’un prétexte pour que les profs nous donnent des travaux plus longs à  faire =S. Mais c’est ça l’école! Alors passez tous une bonne semaine dans la joie tout le monde =D!

Hugo Deschênes
Professionnel de la joie simulée
pour la relâche