Archives pour l'étiquette recherche

Travail de recherche

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Allo à  tous!

Oui, j’avoue. Ça fait un bon bout de temps que j’ai écrit ici. La fin de session s’est avérée beaucoup plus intense que je l’avais prévu. Le fait est que les travaux s’accumulaient, en plus des examens, et j’avais besoin de m’y consacrer entièrement. Et me voilà  de retour =) ! Que se passe-t-il de mon côté ? Eh bien, je vais travailler à  l’UQAC tout l’été. En fait, grâce à  la bourse du CRSNG concernant la recherche pour les étudiants de premier cycle que j’ai gagné, je suis en mesure de travailler tout l’été sur des projets particuliers à  l’université avec madame Caroline Gagné, professeure au département d’informatique et mathématique de l’UQAC. Quel est ce projet ? Eh bien, ça concerne la recherche opérationnelle. En gros, si vous ne savez pas ce qu’est cette discipline, il s’agit de l’optimisation de problèmes en prenant en considération plusieurs variables et contraintes.

Le projet sur lequel je vais travailler cet été est l’implémentation de métaheuristiques pour l’ordonnancement de projet. Qu’est-ce qu’une métaheuristique ? Il s’agit d’une famille d’algorithmes d’optimisation visant à  résoudre des problèmes d’optimisation difficile. Alors, pendant tout l’été, je travaillerai 35 heures par semaine, pendant 16 semaines, afin de considérer le problème d’ordonnancement de projet sous contraintes de ressources (RCPSP). Ce projet consiste, plus précisément, en l’ordonnancement d’activités qui sont réalisées à  l’aide d’une ou plusieurs ressources disponibles en quantité limité. Des contraintes de préséance entre certaines activités doivent également être respectée lors de l’ordonnancement. Et moi dans tout ça ? J‘aurai la responsabilité de faire la réalisation informatique de certaines composantes des approches de résolution. J‘aurai également la responsabilité de réaliser les expérimentations numériques pour évaluer la performance des méthodes.

Palpitant, n’est-ce pas ? J’ai très hâte de commencer à  travailler sur ce projet. En plus d’être super intéressant, il s’agit d’une excellente formation qui m’aidera fortement à  m’améliorer en tant que programmeur. Alors, si vous avez des questions sur ce projet, ne vous gênes pas! Je tenterai d’y répondre le plus fidèlement possible!

Hugo Deschênes
ɉtudiant en recherche pour l’été 2010

C’est dans la poche!

Par Alexis St-Gelais, étudiant au Baccalauréat en chimie des produits naturels

Pas plus tard que jeudi dernier, j’ai reçu la réponse tant attendue de l’UQAC au sujet de ma demande de bourse pour l’été: j’ai été accepté! Je pourrai donc travailler pendant 16 semaines complètes dans les laboratoires de recherche LASEVE, avec certains de mes professeurs.

Qu’est-ce que le labo LASEVE? L’acronyme signifie « Laboratoire d’analyse et de séparation des essences végétales ». Il s’agit véritablement de l’un des centres névralgiques du programme en science des produits naturels. C’est là  que l’on collecte de nombreuses plantes possédant un potentiel pharmaceutique, desquelles on extrait des cocktails de substances par diverses méthodes. On met ensuite différentes cultures biologiques (virus, bactéries, cellules cancéreuses, etc.) en présence de ces mélanges et on repère ceux o๠une activité intéressante thérapeutique a été observée.

Des extractions et des séparations successives permettent de réduire peu à  peu le nombre de molécules différentes présentes dans chaque mélange, de manière à  finir par obtenir celle(s) qui présente(nt) un intérêt pharmaceutique. On en étudie ensuite la structure et l’activité de manière plus spécifique et, dans certains cas, les façons de la rendre plus efficace ou de la synthétiser à  plus grande échelle.

Acide bétuliniquePar exemple, les chercheurs du labo ont beaucoup travaillé sur l’acide bétulinique, une substance possédant (entre autres) des propriétés anticancéreuses. On l’extrait de plusieurs plantes, dont le bouleau à  papier dans nos forêts. Ils ont cherché à  améliorer les voies de synthèse de ce produit à  partir d’autres molécules y ressemblant beaucoup, mais ne présentant pas exactement la même composition. De plus, l’acide bétulinique est relativement peu soluble dans l’eau, donc dans le sang, ce qui complique son utilisation. Les chercheurs d’ici ont étudié des manières de régler ce problème en y greffant un dérivé de sucre, ce qui permet de faire entrer le médicament dans le métabolisme et d’augmenter sa solubilité. Ces recherches sont prometteuses.

J’ai très hâte de pouvoir enfin voir ce que représente un emploi dans un laboratoire. J’adore mes cours pratiques, mais rien ne vaudra ce test pour vérifier si je suis bien à  ma place. C’est donc une excellente nouvelle pour moi!

Bétuliniquement vàŽtres,

Alexis