Archives pour l'étiquette performance

L’Art éphémère au Saguenay

Image 2 Gaétan_A15Par Gaetan Reine, étudiant au Baccalauréat interdisciplinaire en arts

C’est au centre social de l’Université, un vendredi matin que plusieurs artistes de la relève, étudiants en Arts se sont exprimés à travers l’Art Performance et ils y ont laissé leurs traces.

J’étais de ces explorateurs d’un Art qui attire l’attention, retient l’intérêt et qui surprend de par ses codes et ses frontières disciplinaires souvent occultées. Le corps, le temps et l’espace sont les matériaux de base de l’art performance.

L’Œuvre que j’ai présentée avec Isabelle, amie et collègue, se voulait très simple et épurée dans sa forme, car c’est le fond, personnel et profond que nous voulions partager, exempté de toutes fioritures. On a donc proposé « Mask in Tape » aux personnes présentes le vendredi 2 octobre dernier.

Cette œuvre que nous avons présentée consistait à nous retrouver dans un premier temps l’un en face de l’autre d’un bord et de l’autre du centre social. Nous avions tous deux un bloc d’argile dans les mains, porté contre notre corps face à nous.

Le mien était marron et celui d’Isabelle était blanc. Après un temps d’arrêt à se regarder nous avons commencé à marcher l’un vers l’autre. Jusqu’à se retrouver et s’agenouiller, toujours face à face. Nous déposâmes tranquillement nos blocs respectifs et commençâmes tous deux lentement l’exploration de nos visages, du bout des doigts.

Nos regards n’étaient pas dans l’instant, mais dans tous les souvenirs que l’ont pouvaient associer à ces premiers instants de découverte de l’autre.

Une fois nos têtes collées, nez à nez, nous avons commencé en même temps à prendre des bouts d’argiles de nos blocs pour les appliquer sur la face de l’autre. Avec la concentration d’un sculpteur, petit à petit nous avons accéléré le rythme. Dans des attitudes respectives, tantôt heurtées, tantôt bestiales, nous appliquâmes d’un rythme de plus en plus soutenu les morceaux d’argiles dans le but de recouvrir le maximum de surface. Jusqu’à la création d’un bloc d’Argile de couleur mixe, qui reliâmes le temps d’un long moment de répit nos deux têtes. Nous respirions peu.

Et enfin, nous laissâmes ce bloc se détacher au fur et à mesure que nous nous éloignons. Pour laisser à nos pieds, la trace de la découverte, de la rencontre, ainsi que de la séparation.  Avec cette œuvre, nous voulions entre autres, questionner toutes ces étapes de vie en symbolisant avec l’argile, la trace que nous laissons chez l’autre.

C’était à l’UQAC, lors du off festival Art Nomade 2015.

Merci à Frédéric pour cette photo et à Antonio pour nous avoir embarqués dans cette aventure performative très personnelle.

À bientôt.