Archives pour l'étiquette Musée

Moment de bonheur d’une littéraire

Expo Gabrielle RoyPar Jessica Lavoie, étudiante au Baccalauréat en études littéraires françaises

En juillet dernier, lors d’un voyage à Charlevoix, le hasard (ou le destin?) m’a mené au Musée de cette magnifique région. Je venais à peine d’entrer lorsque je vis l’affiche : Gabrielle Roy – Des Amitiés en Charlevoix. Vous ne vous imaginez pas ma joie à l’idée de voir l’exposition d’une de mes auteures préférées!
Je regardais partout, sans parler et sans savoir par où commencer. Une certaine solennité flottait dans ce lieu relatant la vie d’une femme qui a marqué la littérature canadienne à tout jamais. Sur les murs de la salle, on pouvait lire différentes périodes et événements de la vie de l’écrivaine. Cette dernière a d’ailleurs passé tous ses étés, de 1956 à 1983, à Charlevoix. L’exposition était aussi composée de nombreuses photographies montrant Gabrielle Roy, de son plus jeune âge jusqu’à ses soixante-dix ans, avec sa famille ou ses amis.
Ce que la littéraire en moi à le plus appréciée, cependant, est d’avoir pu contempler différents croquis (écrit de la main de Gabrielle Roy) de La Petite Poule d’Eau et de Cet été qui chantait. J’ai aussi passé plusieurs minutes à regarder la première machine à écrire que l’écrivaine s’était offerte. Finalement, j’ai terminé l’exposition en scrutant, à travers la vitre d’un présentoir, chacun des livres ayant marqué et influencé l’écrivaine.
Bref, je peux vous assurer une chose, c’est que l’exposition en vaut le déplacement!
Le Musée de Charlevoix présente Gabrielle Roy Des Amitiés en Charlevoix jusqu’au 6 avril 2015.


Je termine en partageant un extrait magnifique de La Détresse et l’enchantement, l’autobiographie de Gabrielle Roy :

« Il prit ma main. Il enlaça ses doigts aux miens. Tout ce que j’avais connu de triste, de désespérant dans l’amour humain s’effaça de mon esprit. Nous sommes parvenus entre les plus vieux arbres. Sous leurs gestes figés dans la pénombre, soudain nous étions enlacés à nous étreindre comme si nous étions les seuls êtres de notre espèce à être restés ensemble sur la terre. »

Jessica

Quelles activités à faire pendant l’été?

Par Sarah Gaudreault, étudiante au Certificat en rédaction-communications

Durant l’été, comment peut-on profiter du Saguenay? Je vous proposerai quelques activités.

Le zoo de Falardeau nous fait voir plusieurs mammifères, oiseaux et reptiles à coût modique. En voici quelques-uns: coyote, couguar, wapiti, cacatoès blanc, buse à queue rouge, aigle à tête blanche, dragon d’eau, python royal… Pour en savoir davantage, visitez http://www.centreobservationfalardeau.com/accueil.html.

À la zone portuaire, plusieurs activités s’y déroulent pendant la saison estivale. Les randonnées pédestres, les jeux d’eau et une zone de restauration sont toujours accessibles. Nous pouvons observer le magnifique paysage, situé au bord de la rivière Saguenay. Lors du 175e anniversaire du Saguenay-Lac-St-Jean, trois groupes ont donné un spectacle gratuit: Simple Plan, Hedley et Roger Hodgson. Pour connaitre la programmation, consulter le site: http://www.zoneportuaire.com/.

Envie d’approfondir vos connaissances sur la région selon différentes facettes? Nous pouvons voir les expositions temporaires et permanentes du Musée de la Pulperie, dont une qui présente  les caractéristiques de la région «Se dire d’ici. Au pays du Saguenay et du Lac-Saint-Jean». Le site Web vous donnera plus d’informations: http://www.pulperie.com/.

Un restaurant à ne pas manquer? Aki Sushi pour ses sushis frais et abordables. Ce restaurant se spécialise en cuisine japonaise 100˚% québécois depuis 2005. Pour de plus amples informations, consultez le http://www.akisushi.ca/, particulièrement sur la politique de pêche durable.Chicoutimi

 

Une maison résistante!

Par Sarah Gaudreault, étudiante au Certificat en rédaction-communications

 

Quel citoyen saguenéen ne se souvient pas du déluge qui a eu lieu en juillet 1996? Cet événement est très ancré dans la mémoire de ceux qui ont subi des pertes importantes. Souhaiteriez-vous découvrir pourquoi la fameuse maison blanche a résisté à  cette catastrophe naturelle, et ce, même si une grande partie de son quartier, le Bassin, a été endommagé (maisons emportées par le courant, etc.)?

Tout d’abord, remontons à  cette tragédie. Elle s’est déroulée du 19 au 21 juillet 1996 et a touché principalement les municipalités de Jonquière, de La Baie, de Laterrière, de Ferland-Boilleau et évidemment celle de Chicoutimi! La quantité de pluie tombée en quelques jours représente l’équivalent de celle d’un mois, ce qui est énorme. Par ailleurs, les eaux étaient déjà  hautes avant ces fortes précipitations qui ont causé le déluge.

Lors de la visite de la petite maison blanche, nous pouvons visionner une courte présentation d’une vingtaine de minutes et également emprunter des audioguides. Nous apprenons, entre autres, l’identité des propriétaires, les rénovations exécutées avant le déluge de 1996, la vie après l’ événement, etc.

La petite maison blanche est ouverte au public depuis 2005 et quelques personnages animés ont été ajoutés cette année, dont une vieille dame et un magnifique chat blanc qui miaule (oui, je l’avoue, j’adore les chats!).

La petite maison blanche demeure objet de curiosité par tous les événements qui l’entourent (concours, émission en son hommage, etc.). Son quartier a été peuplé à  la suite de l’arrivée de la compagnie de pulpe. Voici ses coordonnées: 240, rue Bossé à  Chicoutimi.