Archives pour l'étiquette jeux vidéo

Oui, je suis une fille.

Oui , je suis une fille photo

Lorsque je me présente pour la première fois à des gens et qu’ils me demandent mon domaine d’études, cela cause toujours beaucoup d’étonnement. Qu’est-ce qu’une fille trouve aux jeux vidéo? C’est comique, parce que je ne m’étais jamais questionné sur le sujet avant de me le faire demander.  Une chose est certaine : j’ai choisi d’aller dans un baccalauréat où la gent masculine est nettement prédominante. Si je n’ai pas faux, je suis la seule fille de mon année dans ce bac. Parfois, nous sommes appelés à suivre des cours d’informatique où je perds ma rareté. Je ne suis jamais vraiment seule. Certains me demanderont si les garçons que je côtoie chaque jour me traitent bien. Eh bien oui, car je suis des leurs. Je n’ai subi aucune discrimination. Pourtant, j’aurais pu, c’est possible, ça arrive souvent, partout et n’importe quand. Par contre, je m’en suis sauvée, l’ambiance du bac m’a sauvée. C’est difficile à expliquer, mais l’univers des « geeks », c’est un monde à part. Un monde que j’aime. On s’aime et on s’entraide. Il est important de mentionner que je me suis fait plein de bons amis tout au long de mon bac que j’espère garder toute ma vie.  Alors, si jamais vous craignez l’accueil qu’une fille reçoit dans un bac comme celui-ci, n’ayez pas peur : ils nous aiment 🙂 . On dit que la logique et les mathématiques, c’est la branche des hommes. Mais rien n’empêche qu’une fille puisse s’y distinguer! Alors, personnellement, quand je réussis mieux qu’un de mes amis, dans un devoir ou un examen, je suis encore beaucoup plus fière de moi, ah ah ah! Pour ce qui est de l’industrie, d’année en année on voit de plus en plus de femmes au sein des équipes de programmeurs. J’ai assisté à quelques conférences, en visitant le MIGS 2014, qui parlaient de l’importance d’accepter les minorités (femmes et autres ethnies) au sein de la conception de jeu afin d’y apporter différentes approches. Je crois donc qu’au niveau de l’industrie, la sensibilisation est amorcée; il n’y a donc aucun problème à être une femme, même qu’on en recherche.

Retour à la question du début : qu’est-ce qu’une fille trouve aux jeux vidéo? Pour ma part,  plein de choses. Ma passion pour les jeux vidéo remonte à mon enfance avec mon petit hérisson préféré, Sonic, et depuis, j’y suis accro. Si mes parents ne m’avaient pas arrêtée, j’aurais joué sans arrêt. C’était mon hobby, mon passe-temps. Le jeu vidéo était fait pour moi : c’était une  façon de soulager mon esprit d’enfant rêveur et de créer l’impossible. Ce que j’aime le plus des jeux est que nous sommes maîtres de la destinée d’un personnage. On peut s’attacher ou s’identifier à lui, suivre son histoire et même mettre notre créativité et notre imagination à l’œuvre (par exemple : Les Sims).  Tout cela me passionne, mais je ne croyais pas en faire une carrière. Jeune, tu crois que tout ce qui est aussi fascinant vient d’ailleurs. Je ne croyais pas avoir la possibilité de faire ça un jour ni même les connaissances pour le faire. Maintenant que c’est le cas, je n’ai jamais vécu quelque chose d’aussi gratifiant. Quand je regarde les résultats, j’ai souvent peine à croire que moi, j’ai réalisé ça. Être fière de ce qu’on réalise c’est un sentiment incomparable.

Vous voulez savoir qu’est-ce qu’une fille peut bien trouver aux jeux vidéo? Pour moi, c’est le mélange de fierté, de plaisir, d’imagination et de dépassement de soi. Le sexe ou bien les origines ne définissent pas ce qu’on devrait aimer ou faire…

 

Janick

 

Choisir sa concentration

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Allo à  tous!

J‘ai décidé de vous parler davantage de l’impact de notre choix de cours. En fait, dans le BAC avec majeure en conception de jeux vidéo, nous avons le choix d’une mineure. Pourquoi ?Parce que leBAC est composé d’une majeure, d’une durée de 2 ans, de même que d’un mineure, d’une durée de 1 an. Ces 2 programmes sont combinés ensemble et répartis sur 3 ans afin de former un baccalauréat complet. Alors, avec la majeure en jeux vidéo, on nous offre une formation en informatique axée sur le développement de jeux et sur l’acquisition de connaissances et de méthodes de travail.

Cette majeure n’est rien si on ne l’associe pas avec une mineure ! Alors, le DIM (Département d’Informatique et Mathématique) nous donne la possibilité de choisir n’importe laquelle des mineures qu’offrent l’Université. Bien entendu, on ne verra pas quelqu’un faire une majeure en jeux avec une mineure en sciences de l’activité physique! Mais bon si ça vous tente, faites-le sauf que ce ne sera pas une formation très appropriée pour le domaine de l’informatique 😉. Généralement, les étudiants choisissent entre ces options:

Mineure en informatique : avec ce programme, l’étudiant est amené à  pousser davantage ses aptitudes en programmation et ses connaissances générales dans ce domaine. Il pourra alors être en mesure de coder des éléments très technique dans une compagnie de jeux, de même que de développer des connaissances plus approfondies sur les langes de programmation et le fonctionnement des ordinateurs. De plus, faire une mineure en informatique permet d’ouvrir des portes dans d’autres types de compagnies, permettant ainsi à  l’étudiant de changer d’idée en cours de route.

– Mineure en arts numériques : connaître divers domaines dans les jeux vidéo peut s’avérer utile au niveau de la polyvalence. La conception de jeux se divisent en plusieurs secteurs, et cette mineure peut permettre de s’ouvrir des portes afin de travailler dans le domaine des arts numériques chez une compagnie de jeux vidéo.

Mineure en administration : gérer des projets de jeux, apporter son soutien dans la planification et la prévision de la conception d’un jeux. Cette mineure pourra alors former des programmeurs à  être chef d’équipe, chef de projet, coordonnateur, planificateur, etc.

– Mineure en mathématique : c’est la mineure que j’ai choisi de faire. Pourquoi ? Parce que les mathématiques est une discipline très importante dans l’industrie du jeux électronique. Qu’on le veuille ou non, c’est la logique qui importe le plus, et faire cette mineure permet de travailler dans des domaines spécifiques d’un jeu, que ce soit sur la physique ou l’infographie, la programmation 3D, etc.

– Accumulation de cours : c’est aussi possible d’accumuler la quantité de crédits universitaires équivalents à  une mineure (30) et de les combiner pour compléter le BAC. Alors, l’étudiant prend les cours qui lui tente, et fait sa propre formation en mixant les domaines qui l’intéressent.

Et voilà ! On peut vraiment faire sa propre formation personnalisée, comme cela nous plaira, et ainsi se donner des compétences que l’on pourra vendre lors d’entrevues pour les entreprises en jeux vidéo!

Hugo Deschênes
Homme qui aime les maths =)