Archives pour l'étiquette Informatique

Tout ce qui a un début a une fin

 

ɉmilie, Brice, moi et Justine, à  la Collation des grades 2011 de l’UQAC – Photo: Jeannot Lévesque
ɉmilie, Brice, moi et Justine, à la Collation des grades 2011 de l’UQAC – Photo: Jeannot Lévesque

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Tout ce qui a un début a une fin. J’aime bien cette phrase, car elle peut s’appliquer à  tout ce que l’on connait. Nos objets neufs s’usent avec le temps, et les gens naissent et meurent par la suite. C‘est le cycle de la vie. On réalise également cette phrase dans mon cas présentement : je viens de terminer mon BAC aujourd’hui. Ce qui a débuté il y a trois ans est maintenant accompli avec succès. J‘ai commencé en tant que jeune adulte de 19 ans (un des plus jeunes de ma cohorte), et maintenant j’ai grandit (ok pas physiquement, mais bon… disons que j’ai grandit psychologiquement est-ce que ça vous va ?), acquis de la maturité, des responsabilités. Je me suis impliqué, j’ai travaillé pour l’UQAC. Je me suis fait des amis et j’ai appris énormément sur moi-même et mes compétences. J‘ai repoussé mes limites, travaillé parfois jour et nuit afin d’accomplir mes travaux. Je vous avoue que je suis assez fier du résultat : j’ai obtenu plusieurs bourses d’implication et d’excellence, j’ai tissé des liens forts avec plusieurs personnes que je connais, et je me suis trouvé un emploi après mon baccalauréat. Tout qu’un cheminement rempli d’embûches et de bons coups, mais ça en valait la peine!

Ce dont je suis le plus fier ? C’est la trace que j’ai réussi à  laisser à  l’UQAC. En tant que président de mon association étudiante modulaire, j’ai apporté beaucoup d’éléments qui nous ont été profitables, et qui seront profitables pour les prochaines générations du comité exécutif. En tant qu’étudiant ambassadeur, j’ai représenté mon université avec fierté, et j’ai énormément appris sur un niveau différent de connaissance, dont je n’aurais pas été en mesure d’acquérir autrement. Bref, je ne regrette aucun des choix que j’ai fait.

En me relisant je me rends compte que je parle souvent de l’acquisition de connaissances, de savoir. En fait, tout est là  : le savoir. C‘est le savoir qui m’a poussé à  poursuivre des études, le désir d’en apprendre davantage en mathématiques et informatique. C‘est le savoir qui a piqué ma curiosité, et m’a incité à  explorer des domaines qui m’étaient alors inconnus. C‘est le savoir qui m’a permis d’être prêt pour le marché du travail, et d’entamer un autre chapitre de ma vie avec de bons souliers (ok… je cherchais une métaphore et c’est la première qui m’est venue en tête alors je la laisse hehe).

Qu’est-ce qui m’attend pour le futur ? Je ne sais pas encore. L‘avenir est et restera toujours incertain. On a beau prévoir mille scénarios, il y a toujours une autre possibilité qui se produit. Pour l’instant, je serai programmeur-analyste pour des projets chez GIRO, une compagnie oeuvrant dans l’optimisation de multiples déplacements simultanés à  grande échelle (tel que la livraison de courrier, les réseaux de transports en communs, etc.). Je reste toutefois ouvert à  la possibilité de faire une maîtrise en mathématique l’an prochain, ou encore de commencer à  enseigner au collégial dans le domaine des mathématiques. Je verrai alors en premier comment se déroule mon été.

Après tout, j’ai le temps devant moi! Je viens tout juste d’avoir 22 ans, je déménage à  Longueuil la semaine prochaine, je suis maintenant bachelier en informatique et mathématiques, et un nouveau chapitre de ma vie commence… maintenant !

Hugo Deschênes
Humanoïde finissant plein de joie

Choisir sa concentration

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Allo à  tous!

J‘ai décidé de vous parler davantage de l’impact de notre choix de cours. En fait, dans le BAC avec majeure en conception de jeux vidéo, nous avons le choix d’une mineure. Pourquoi ?Parce que leBAC est composé d’une majeure, d’une durée de 2 ans, de même que d’un mineure, d’une durée de 1 an. Ces 2 programmes sont combinés ensemble et répartis sur 3 ans afin de former un baccalauréat complet. Alors, avec la majeure en jeux vidéo, on nous offre une formation en informatique axée sur le développement de jeux et sur l’acquisition de connaissances et de méthodes de travail.

Cette majeure n’est rien si on ne l’associe pas avec une mineure ! Alors, le DIM (Département d’Informatique et Mathématique) nous donne la possibilité de choisir n’importe laquelle des mineures qu’offrent l’Université. Bien entendu, on ne verra pas quelqu’un faire une majeure en jeux avec une mineure en sciences de l’activité physique! Mais bon si ça vous tente, faites-le sauf que ce ne sera pas une formation très appropriée pour le domaine de l’informatique 😉. Généralement, les étudiants choisissent entre ces options:

Mineure en informatique : avec ce programme, l’étudiant est amené à  pousser davantage ses aptitudes en programmation et ses connaissances générales dans ce domaine. Il pourra alors être en mesure de coder des éléments très technique dans une compagnie de jeux, de même que de développer des connaissances plus approfondies sur les langes de programmation et le fonctionnement des ordinateurs. De plus, faire une mineure en informatique permet d’ouvrir des portes dans d’autres types de compagnies, permettant ainsi à  l’étudiant de changer d’idée en cours de route.

– Mineure en arts numériques : connaître divers domaines dans les jeux vidéo peut s’avérer utile au niveau de la polyvalence. La conception de jeux se divisent en plusieurs secteurs, et cette mineure peut permettre de s’ouvrir des portes afin de travailler dans le domaine des arts numériques chez une compagnie de jeux vidéo.

Mineure en administration : gérer des projets de jeux, apporter son soutien dans la planification et la prévision de la conception d’un jeux. Cette mineure pourra alors former des programmeurs à  être chef d’équipe, chef de projet, coordonnateur, planificateur, etc.

– Mineure en mathématique : c’est la mineure que j’ai choisi de faire. Pourquoi ? Parce que les mathématiques est une discipline très importante dans l’industrie du jeux électronique. Qu’on le veuille ou non, c’est la logique qui importe le plus, et faire cette mineure permet de travailler dans des domaines spécifiques d’un jeu, que ce soit sur la physique ou l’infographie, la programmation 3D, etc.

– Accumulation de cours : c’est aussi possible d’accumuler la quantité de crédits universitaires équivalents à  une mineure (30) et de les combiner pour compléter le BAC. Alors, l’étudiant prend les cours qui lui tente, et fait sa propre formation en mixant les domaines qui l’intéressent.

Et voilà ! On peut vraiment faire sa propre formation personnalisée, comme cela nous plaira, et ainsi se donner des compétences que l’on pourra vendre lors d’entrevues pour les entreprises en jeux vidéo!

Hugo Deschênes
Homme qui aime les maths =)

Ouff!

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Je ne suis pas sûr si j’en ai déjà  parlé, mais je le refais. J’ai commencé à  programmer à  mon entrée à  l’université et j’en suis présentement à  ma 3e session. Je peux vous affirmer que ce n’est pas facile! Avoir fait ses sciences natures au Cégep aide beaucoup pour faire les cours de maths obligatoires. Par contre, ne pas avoir fait de technique en informatique fait que l’on apprend beaucoup, mais vraiment beaucoup d’éléments à  notre arrivée à  l’université et ça peut être dur de suivre le fil. Il y a tellement d’information à  retenir et à  travailler dessus, que la marge que l’on doit surmonter entre chaque session nous met tous à  l’épreuve. On m’avait prévenu que ce BAC était relativement dur, mais on ne sait pas à  quel point, jusqu’à  ce que l’on y soit rendu. Bien sûr, c’est tout de même plus facile pour ceux et celles qui arrivent d’une technique en informatique, mais il reste tout de même le fait que beaucoup de personnes travaillent très fort pour faire leurs travaux. Bref, en Informatique, on peut affirmer que nous ne sommes pas des lâches, oh que non =)!

Hugo Deschênes
Humanoïde en informatique et mathématique