Archives pour l'étiquette implication

Tout commence quelque part!

Par Anne-Marie Fortin, étudiante au Baccalauréat en administration

Au diable les préambules,

Puisque que nous sommes étudiants et tous bien occupés, mes articles iront droit au but!

Parfois on veut s’impliquer et on ne sait pas par où commencer. Lorsque je suis arrivée à l’université, c’était un retour à Chicoutimi pour moi et je connaissais peu de gens dans mon programme. C’est parfois en osant parler à des inconnus qu’on fait de belles découvertes et qu’on finit par voir les opportunités de s’impliquer.

Premièrement, nous sommes tous des membres de l’AEMSA, car lorsqu’on paie pour une session, nous cotisons également pour notre association étudiante.

AEMSA: Association Étudiante du Module des Sciences Administratives

Donc lorsque vous voyez des étudiants avec le logo ou le slogan sur un t-shirt ou une casquette, sachez que vous faites partie de la même association. Dernièrement, les vêtements étaient en vente via l’association étudiante.

Slogans: Ta mère AEMSA! / Tout le monde AEMSA… pas juste ta mère!

Plusieurs activités sont organisées par notre association, c’est toujours un bon moyen pour rencontrer des visages qu’on voit toujours en classe, mais dans un contexte différent. Au nombre de travaux d’équipe que nous avons au cours de notre BAC, avoir quelques amis dans notre programme rend la vie beaucoup plus facile.

AEMSA – UQAC sur Facebook

Il y en a long à dire sur les actions posées par notre association, c’est pourquoi j’essaierai d’être le plus explicite possible lors de mes blogues! J’ai fait partie de l’exécutif de l’AEMSA depuis l’an passé, je participe au assemblées générales qui se déroulent deux fois par année et je suis présentement dans le comité des Jeux du Commerce. Je ne suis pas partout, comme certains semblent le croire, mais j’essaie de me tenir au courant et d’offrir mon aide.

Pourquoi? Parce que j’apprends énormément de chaque expérience et que j’ai l’impression que je peux mettre en œuvre ce qu’on enseigne en classe par cette même implication.

Si vous ne me croyez pas, essayez! 😉

La coopération

coopérationPar Jean-Philippe Huard, étudiant au Baccalauréat en intervention plein air

Dans le cadre de mes études au Baccalauréat en Intervention Plein air, je développe beaucoup le travail d’équipe. Les objectifs communs sont centrés davantage sur des projets en sous-groupe. Il n’est pas rare d’effectuer des rencontres après les heures de cours afin de réaliser des démarches permettant la réalisation des travaux. Le temps investi s’accumule et lorsque la fin de session arrive,  il se transforme en connaissances.

Les enseignants outillent les étudiants à l’aide de leur vision et de leur expérience. Une fois la matière acquise, nous parlons tous le même langage, celui de l’intervenant plein air. Notre lien avec la nature nous unit dans nos activités. Il n’est pas toujours simple de le transmettre et de le faire respecter lors d’interactions avec des clientèles  externes. Selon moi, la dénaturalisation des gens est un problème sociétaire notoire. Pourtant, mes coéquipiers et moi partageons tous ce respect envers la nature. La pratique d’activités en plein air développe la créativité, la conscience de soi, le partage et un sentiment d’appartenance au moment présent. Le partage des connaissances reliées aux travaux faits en équipe représente la principale richesse acquise depuis le commencement de mes études.

Chaque individu est unique et a des buts différents. Pour faire avancer les projets, nous devons fixer des objectifs communs et s’engager à les respecter. La  principale difficulté du leader est d’instaurer une ambiance positive et favorable au travail d’équipe. Dans le cadre du cours de Leadership Organisationnel, j’ai appris la principale différence entre le leader et le gestionnaire de projet: la fonction du leader est d’influencer les membres du groupe afin de réaliser un objectif commun et le gestionnaire lui, dirige davantage afin de respecter des contraintes. Une fois cette théorie comprise, les tâches des différents travaux peuvent se distribuer selon les intérêts de chacun.

Notre projet de fin d’études prend place dans le cours de Leadership d’expédition et élaboration de mission. Nous sommes 19 étudiants et  avons tout de même réussi à choisir un seul voyage. Le processus a été difficile mais maintenant que le choix est fait, chaque étudiant se retrouve dans un comité avec des tâches bien définies. Notre objectif commun est de développer nos compétences de leader en milieux isolées et ce grâce à un voyage au Kirghizistan, en Asie.

L’apprentissage expérientiel est une technique favorable à notre champ d’expertise. On apprend de nos erreurs et des erreurs de nos partenaires. Le rôle de l’enseignant est d’accompagner et d’outiller les élèves afin qu’ils puissent répondre aux différentes situations auxquelles ils seront confrontées dans le domaine de l’intervention.

La session étant terminée, ce texte est mon dernier: je laisse la place à quelqu’un d’autre qui voudra bien partager son expérience en plein air à l’UQAC.

Cordialement,

Jean-Philippe Huard

Les façons de s’impliquer dans le domaine des communications à l’UQAC

Par Sarah Gaudreault, étudiante au Certificat en rédaction-communications

À€ l’Université du Québec à  Chicoutimi, il est possible de s’impliquer dans une panoplie d’activités et de services selon nos intérêts, nos compétences et nos disponibilités. Les activités et les services qui concernent les communications seront ici présentés.

Tout d’abord, depuis plus de dix ans, un journal étudiant qui se nomme « Le Griffonnier » est publié mensuellement et est distribué dans les cégeps, les cafés et les bibliothèques de la région. Il est également disponible sur le site ceuc.ca. Il existe plusieurs types de bénévolat: notamment comme journaliste, correcteur, illustrateur, bédéiste, caricaturiste, photographe et chroniqueur. Nous pouvons même nous impliquer comme collaborateur, c’est-à -dire nous impliquer pour un mois par exemple. Pour plus d’informations, vous pouvez joindre la rédaction au journal_griffonnier@uqac.ca

Depuis 2010, la radio étudiante qui se nomme « CEUCRadio » a redémarré; nous pouvons préparer des capsules d’humour, animer des émissions, être chroniqueur, journaliste, technicien, discothécaire ou responsable des promotions. Les gens peuvent également inviter les étudiants à  une activité par ce média. Pour s’impliquer, vous pouvez joindre le coordonnateur par courriel: radioetudiante@uqac.ca

Dans ce domaine, il est également possible d’être rémunéré dans des services et dans un outil de communication. Tout d’abord, nous pouvons être tuteur de français au Service d’aide en français du Centre de la communication orale et écrite. Pour informations, vous pouvez contacter la coordonnatrice au 418-545-5011 poste 2487.

Pour finir, il est également possible d’écrire des articles pour le blogue de l’UQAC. Il s’agit de contacter Mme Justine Lévesque, agente de recrutement, au poste 2135 ou par courriel au justine_levesque@uqac.ca