Archives pour l'étiquette implication

Le Grand Spin Don 2016 : une réussite!

CancerPar Jessica Lavoie, étudiante à la Maitrise en lettres

C’est le samedi 20 février dernier que s’est déroulé au centre commercial Place du Royaume le Grand Spin Don organisé par la Société canadienne du cancer. La quatrième édition de cette collecte de fonds sportive basée sur le spinning a été un véritable succès. Près de 2oo participants ont, pour l’occasion, pédalé d’une à deux heures pour la cause. Un total de 43 500 $ a été amassé grâce aux dons des participants et à ceux du public. Cette quatrième édition a dépassé les trois précédentes par le nombre de participants (ceux-ci étaient si nombreux que l’événement a duré deux heures de plus que l’an passé) et par le montant amassé (près de 20 000 $ de plus que l’année dernière).

Quant à moi, lors de cette journée, je tenais le kiosque de prévention de la Société canadienne du cancer en tant que bénévole avec une autre jeune femme qui elle aussi s’était portée volontaire pour servir la cause. Notre rôle au Grand Spin Don était d’aborder les gens du public et d’échanger avec eux sur des sujets tels que l’alimentation, l’activité physique, la protection solaire et le tabagisme grâce à un jeu-questionnaire qui abordait ces quatre aspects. Évidemment, le but de nos interventions était de chercher à sensibiliser les gens sur l’importance de la prévention et, par le fait même, sur l’impact positif que peut avoir l’adoption de saines habitudes de vie dans notre corps et dans notre quotidien. Lors de cette journée, j’ai eu des discussions très enrichissantes. J’ai appris (je le dis très modestement) des choses à certaines personnes, mais ce sont surtout elles qui m’ont enrichie. J’ai rencontré de nombreux individus, chacun avec sa propre histoire. Certains avaient combattu un cancer alors que d’autres avaient perdu des êtres chers en raison de cette maladie. Toutes ces personnes, et je dirais même toutes celles présentes au Grand Spin Don (participants, organisateurs, bénévoles, etc.), m’ont montré ce qu’est le courage, la générosité et la bonté.

Si vous aussi vous voulez prendre part à un événement si grand et humain, je vous invite à consulter le site de la Société canadienne du cancer : http://www.cancer.ca/fr-ca/?region=qc

À bientôt,

Jessica

Petite initiation à l’activité d’intégration

Intégration 2014

Par Mélanie Allard Pilote, étudiante au Baccalauréat en psychologie

« Déjà? », me direz-vous. Dans les faits, j’ai le bonheur de vous annoncer la mise en action des membres du comité d’intégration suite à leur première rencontre. Sous peu, nous en serons à notre deuxième rencontre. Dans le but d’améliorer la recette, nous avons pris en ligne de compte toutes critiques constructives parvenues des participants et membres du comité concernant les intégrations des années précédentes.

À ce propos, saviez-vous que le terme « initiation » a été troqué pour celui d’ « intégration » pour désigner l’activité organisée par les anciens et destinée aux nouveaux élèves du même programme? La raison est telle que cette activité soit abordée de manière à favoriser la convivialité et l’accueil des étudiants plutôt qu’à titre d’épreuve, de condition d’admission au sein du groupe d’anciens.

D’ailleurs, le comité d’intégration du programme de psychologie situe le développement du sentiment d’appartenance parmi les aspects de plus haute importance dans l’organisation de l’événement. Plusieurs études tendent à confirmer qu’un fort sentiment d’appartenance avec son groupe s’avère comme un agent protecteur de la santé. De plus, Mme France Lehoux, conseillère d’orientation,  soulève ses bienfaits au niveau de la motivation de l’étudiant, de son accès aux diverses informations touchant son milieu universitaire et j’en passe.

Évidemment que votre participation aux activités proposées par l’association de psychologie, et ce, quelles qu’elles soient, vous amènera à connaître la place qu’occupe les membres de l’association étudiante et vous y référer lorsque vous aurez besoin de renseignements. Le fait de participer dynamisera votre passage à l’UQAC et vous aidera à mieux respirer, vous relâcher un peu entre deux livres pour éviter qu’ils ne se referment sur vous.

Revenant au sujet de l’activité d’intégration, soyez sans crainte, car nous tenons à respecter cette règle connue de tous : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse ». Nous ne sommes toutefois pas tenus responsables des contagions de folie et d’esprit disjoncté, libre à vous de vous laisser contaminer. Un imaginaire collectif est tel un monde sans frontière. Si vous pouviez ressentir toute l’excitation, l’énergie avec lesquelles s’organise l’activité d’intégration, c’est tellement emballant et nous souhaitons que ça vous emballe tout autant!

https://www.aide.ulaval.ca/cms/Accueil/Orientation/Plus_loin/Appartenance

http://www.rqvvs.qc.ca/fr/dossier/voisinage/le-sentiment-d-appartenance-et-la-sante

S’impliquer dans la communauté universitaire

Logo de LingLang

Le cours des dernières semaines a été quelque peu différent du déroulement habituel en raison d’activités de mobilisation étudiante : nous voici donc à la semaine 15, au cours de laquelle débutent les examens, avec un peu moins de matière derrière nous que prévu. Il n’en reste pas moins que la préparation pour les évaluations bat son plein.

Parallèlement à mon étude, je cherche aussi à m’impliquer davantage au sein de l’université. J’avais été jusqu’ici plutôt discret du côté étudiant, par exemple, quoique j’aie été actif en siégeant au conseil de mon unité d’enseignement et en collaborant avec plusieurs professeurs. J’ai désormais un poste au sein de l’exécutif de mon association étudiante, LingLang : c’est une grande première pour moi! Si, depuis le cégep, j’ai des amis qui s’impliquent dans de telles organisations, je n’avais toutefois pas encore eu l’occasion de le faire moi-même. J’agirai à titre de représentant des étudiants en linguistique, ce qui me correspond tout à fait. Par ailleurs, je me suis rendu compte que je faisais déjà une bonne partie du travail demandé par ce poste : puisque le programme compte un petit nombre d’étudiants, je les connais presque tous et j’agissais déjà un peu à titre de porte-parole en leur nom lors des réunions du conseil modulaire.

C’est pour moi un nouveau défi très intéressant. L’exécutif est complet pour la première fois depuis plusieurs années : 10 membres! Nous avons une foule d’idées à mettre en place pour l’an prochain, ce qui est très motivant. J’encourage tout le monde à s’impliquer auprès de son association étudiante. C’est motivant!

Sur un autre plan, je participerai vendredi prochain à la Table ronde sur les enjeux futurs de la recherche en science humaine, organisée à l’UQAC par une collaboration entre le MAGE-UQAC, l’association générale des étudiants, et l’institution. Cette table ronde survient dans le cadre d’une consultation générale sur les thèmes de l’enseignement et de la recherche menée par l’Association canadienne pour les études supérieures et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. J’avoue être fébrile, puisque cet événement était à l’origine prévu pour les étudiants aux cycles supérieurs. D’une certaine façon, je me sens déjà un peu à la maîtrise, grâce aux nombreuses activités de recherche auxquelles j’ai eu la chance de participer et qui m’ont orienté dans le choix d’un éventuel sujet de mémoire. Je pense avoir ma place au sein de ce comité, qui sera l’occasion pour moi de dialoguer avec des étudiants d’autres programmes avec tout un bagage derrière eux. J’ai à coeur l’avenir de la recherche, et je suis d’avis que des initiatives du genre sont excellentes pour obtenir le pouls de la communauté universitaire!

C’est avec un cheminement un peu moins linguistique que jusqu’à maintenant que je me dirige vers ma troisième et dernière année de baccalauréat l’an prochain. Déjà! Il ne me reste qu’un cours obligatoire proprement linguistique d’un crédit à compléter. Pour le reste, ce sera une année composée de cours optionnels pour l’essentiel. Je compte améliorer mes connaissances en statistiques, en histoire et en programmation, trois domaines qui peuvent être fort utiles au linguiste.

Je profite de la fin de ce billet pour tirer ma révérence. Il aura en effet été mon dernier! J’espère que mon successeur saura fournir une perspective nouvelle sur la linguistique et vous convaincre à son tour qu’il s’agit d’une science merveilleuse. Il m’a fait plaisir de vous en présenter les aspects qui me tiennent le plus à coeur!

Je me tourne maintenant vers l’été, un été qui débutera par un voyage en Europe et qui sera consacré à l’écriture d’un article scientifique en lien avec ma communication de mars dernier par la suite. J’espère arriver à me reposer après une deuxième année bien remplie qui n’augure que du bon pour l’avenir!

Au plaisir,

Xavier