Archives pour l'étiquette hiver

Libre comme l’Art

IMG_0523Par Gaetan Reine, étudiant au Baccalauréat interdisciplinaire en arts

L’Art est un voyage accessible à tous…

Le titre de cet article rejoint bien la philosophie du Baccalauréat interdisciplinaire en arts. Je dois avouer que je me reconnais bien dans ce titre également. C’était ma rentrée il n’y a pas si longtemps et progressivement,  je découvre le vaste terrain d’explorations artistiques qui est proposé par l’UQAC.

Un terrain de jeu, de travaux, de réflexions, de lâcher prise. Un laboratoire sans formules à appliquer, c’est aux étudiants de trouver la leur. Bien sûr, on nous rappelle suffisamment que les références et l’histoire sont des bases importantes, alors on ouvre les oreilles puis les yeux et on s’instruit avant de passer à l’action. Nous sommes accompagnés pour ça par des pédagogues et techniciens passionnés et passionnants.

Certains d’entres-nous ont suivis des cours en arts au Cégep, d’autres non. Certains ont déjà commencé à explorer une, voir plusieurs disciplines artistiques avant de commencer ce bac, d’autres non. Certains ont passé un, voir plusieurs certificats avant, puis d’autres…non. Vous aurez compris, la diversité des parcours de chacun contribue aussi à l’enrichissement personnel que l’on trouve dans ce programme interdisciplinaire.

Chacun de mes cours est rempli de curieux comme moi.  Je sens bien que les têtes fument, se remplissent d’imagination. Certains doivent, comme moi mourir d’impatience de passer à l’action dans les cours plus  théoriques et se remplir d’excitation dans les cours les plus pratiques. Je ne me sens pas seul. J’ai rejoint une communauté d’explorateurs…C’est cool.

Dans ce trimestre il va falloir se concentrer, s’exprimer, se dépasser, se retrouver avec soi-même, lâcher prise. Aussi, partager des travaux en groupe, fédérer… Bref, je vis ce programme intensément et me sens libre comme l’Art.

Gaetan

Hiver 2015 : C’est parti!

rentree hiverPar Elizabeth Dupont, étudiante au Certificat en intervention communautaire

Et voilà, une session est terminée, les résultats officiels sont inscrits au relevé de notes et la deuxième vient tout juste de s’amorcer.

J’en suis déjà à ma deuxième session universitaire ! C’est fou comme le temps passe vite. Les 15 semaines s’écoulent doucement au début, mais vers la fin, elles filent rapidement. Je l’avais oublié et cela m’a un peu rattrapé  vers la fin novembre, d’où mon absence sur ce blogue.

J’espère que votre temps des Fêtes aura été l’occasion de faire le plein de tourtière, de pain sandwich, de temps en famille et d’énergie pour revenir en force sur les bancs d’école. Pas facile, justement, d’amorcer la session d’hiver alors qu’il fait un froid glacial.

Grande amatrice de cocooning de nature, j’aime pour ma part cette saison qui permet de s’emmitoufler en faisant quelques lectures pour les cours.

Pourtant, il me semble donc que la rentrée d’automne est toujours plus agréable que celle d’hiver alors qu’il faut brancher la voiture avant de la démarrer, ou encore s’habiller de nombreuses couches de vêtements chauds pour attendre le bus…

Je pense aux étudiants internationaux qui n’ont jamais connu l’hiver et j’ai beaucoup de compassion pour eux. Certainement savaient-ils qu’il fait froid au Québec et encore plus dans le Nord, à Saguenay, mais rien n’est plus brutal que de goûter véritablement au froid mordant pour le comprendre et le ressentir surtout.

Quoi qu’il en soit, il faut faire des efforts colossaux pour se motiver à sortir de la maison et se rendre à l’université pour les cours, ou encore à ne pas rentrer directement après une journée froide au bureau et aller à mes cours, en ce qui me concerne.

Je suis tout de même emballée de débuter cette session, alors que je suis sur le point de découvrir les nouveaux cours et la matière qui sera devant moi pour les 15 prochaines semaines.

Un bilan

En ce début d’année, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour prendre le temps de s’arrêter et faire le bilan de ce qui a bien et moins bien été lors de la dernière session? À la lumière des résultats obtenus, il peut être intéressant de cibler les notions moins bien comprises même si les cours sont terminés. Souvent, des liens reviennent d’un cours à l’autre dans le cheminement scolaire et parfois, cela peut nous rattraper…

C’est pour cette raison que j’ai cru bon de demander les travaux et les examens remis lors des cours de la dernière session. Selon moi, lire les commentaires en marge d’un essai ou d’un examen aide à y voir plus clair et vaut plus, dans mon apprentissage, que la simple note finale ou même la cote d’un cours. C’est d’ailleurs un droit que nous avons, en tant qu’étudiant et je pense qu’il est justifié. Bien souvent, un simple courriel ou un rendez-vous permettent d’arranger le tout assez rapidement. Un rendez-vous permettra même d’interagir avec le professeur ou chargé de cours et d’ainsi mieux saisir la correction des travaux et examens.

Il est évident que de régler le tout assez rapidement, comme ces jours-ci en début de session, peut être plus simple que d’attendre au mois d’avril. C’est aussi plus frais dans la mémoire des correcteurs et la nôtre.

En terminant, je profite des dernières lignes de ce billet pour vous souhaiter un classique que j’ai entendu pendant les Fêtes : «Du succès dans vos études, mais aussi de la santé et du bonheur!» Et pourquoi pas aussi, la réussite et l’atteinte de vos objectifs, dans toutes les sphères de votre vie ?!

Bonne rentrée!

 

La créativité dans le plein air

Feu glaceTente enneigeePar Jean-Philippe Huard, étudiant au Baccalauréat en intervention plein air

La stimulation des sens grâce au plein air est une véritable façon de favoriser divers développement chez les individus. Le plein air a un effet positif sur la créativité. Au contact de la nature, la majorité des gens ressentent une liberté unique au moment passé dehors. Les journées chargées de cours et de travaux disparaissent faisant place à l’épanouissement du moment présent. Alors que la plupart des plaisirs sont rattachés aux valeurs matérialistes, mes amis et moi concentrons nos énergies sur des projets de développement personnels et sociaux dans un univers de création universitaire exemplaire. Dernièrement, j’ai passé plusieurs jours en sortie. Bravant les températures hivernales, la neige et la glace ont fait place à la joie de vivre des moments inoubliables avec des gens uniques. Parti avec un traîneau d’expédition rempli de matériel, j’ai partagé un campement lourd avec 5 aventuriers. Se déplaçant à la carte et boussole, s’abreuvant grâce à l’eau se trouvant sous une couche de glace de 3 pieds nous avons travaillé dur pour obtenir une qualité de vie de niveau professionnel et ça valu la peine à 100 %. Par exemple, lors de nos expéditions il arrive souvent de recevoir les professeurs à manger. C’est à ce moment que nous avons l’opportunité d’en apprendre davantage sur les qualités de nos mentors et de les choyer avec des repas et des desserts dont ils se rappelleront. Par exemple, la crème glacée et la tarte au sucre est un mélange fort apprécié dans nos maisons, alors que lorsque servi en sortie sur le terrain, c’est tout simplement extraordinaire. La réalité du fabuleux monde du plein air est vécue par l’ensemble des membres du Baccalauréat en intervention plein air. Comme je le mentionne plus haut, notre créativité est fertile et pour réaliser nos projets ambitieux nous devons l’utiliser à bon escient. Lors des cours de Gestion de projets, nous mettons en place des structures événementielles pour créer des sources de financement. La fin de semaine dernière, suite à une expédition en raquette avec traîneau, moi et trois de mes amis sommes sortis du bois pour aller effectuer chacun 48 kilomètres de ski de fond dans le cadre d’un Ski-o-thon. Cet événement était organisé afin d’amasser des fonds pour un projet de fin d’études. Radio-Canada, TVA et VTélé sont quelques-unes des chaînes qui ont d’ailleurs réalisé des entrevues avec certains de mes collègues universitaires à l’origine du projet. En résumé, nos expertises sont larges. Dans le cadre du cours de Vie en milieu en naturel et logistique de campement en conditions hivernales, j’ai moi-même conçu un traîneau d’expédition complètement en bois. Je l’ai conçu de façon à loger une planche dorsale facilitant ainsi une évacuation de victimes. Nos connaissances sont aussi mises à l’épreuve: sur la photo de moi plus haut, je fais un examen dans laquelle je dois faire bouillir de l’eau sur un feu à partir d’une seule bûche en moins de 15 minutes. Nous poursuivons donc notre apprentissage, que ce soit pour planifier de futures sorties ou bien s’entraîner dans le but de devenir de meilleurs intervenant plein air. Jean-Philippe Huard