Archives pour l'étiquette gestion du temps

Lectures, lectures, lectures

SociolinguistiquePar Xavier St-Gelais, étudiant au Baccalauréat en linguistique et langue française

La rentrée est arrivée beaucoup plus vite que prévu, et avec son lot de responsabilités nouvelles! Entre travail à la rentrée, premiers cours, candidatures pour des emplois étudiants, lectures pléthoriques et travail à l’extérieur, je ne trouve que peu de temps pour moi depuis deux semaines. Cela dit, les 14 derniers jours me sont passé sous le nez très rapidement, ce qui ne me déplaît pas : j’aime à me tenir occupé pendant la session.

Ma recherche estivale se poursuit sous la forme du cours Recherche en linguistique. La partie « empirique » est plus ou moins terminée : les données sont récoltées, et c’est tant mieux. Maintenant, il faut que je m’attaque plus sérieusement à la littérature. Mon superviseur me voit déjà à la maîtrise et m’encourage à travailler sur ma méthodologie et à lire de façon assidue les textes qui fonderont éventuellement ma recherche pour un futur mémoire. J’ai donc un programme chargé pour les prochains mois! Néanmoins, ce cours est individualisé (on s’entend avec un professeur qui nous rencontrera plusieurs fois pendant la session et dirigera notre progrès). Il est donc hyper-personnalisé et j’en profite au maximum. Je le conseille absolument pour une troisième année, en guise d’initiation à ce que peut exiger une maîtrise en frais de rigueur.

Un « petit cours » s’ajoute à mes cinq cours de trois crédits pendant l’automne : il s’agit de Lectures fondamentales en linguistique. Jusqu’à la mi-session, notre petit groupe (une dizaine d’étudiants en linguistique – ambiance très intime!) doit présenter les grandes théories de la linguistique. Depuis la première semaine, je me noie donc un peu dans les textes fondateurs : d’abord Saussure (qui a jeté les bases d’une linguistique scientifique), puis Chomsky, puis Sapir et Whorf, suivis de Labov… C’est pour moi un premier contact avec un cours qui demande autant de travail sur des textes. Mon cerveau s’adapte peu à peu, mais les écrits des grands théoriciens sont souvent assez difficiles à comprendre. Heureusement, nos lectures incluent des vulgarisations de leurs propos de même que des critiques, car il faut présenter le meilleur et le pire de chaque théorie.

En parallèle, le cours de recherche me demande également de lire beaucoup, tout comme le cours d’analyse du discours. J’ai les yeux fatigués, mais la tête bien remplie!

Le mois de septembre s’annonce donc fort occupé pour moi. Après un été passé à gérer mon propre horaire, le choc est bien réel. Néanmoins, j’avance avec motivation dans le programme et je continue d’être passionné par les faits de langue.

Bon début de session à tous!