Archives pour l'étiquette Forum

La valse du politique

Léa et ArianePar Ariane Néron Lapointe, étudiante au Baccalauréat en science politique

Loin de moi l’idée de vous imposer mon opinion, mais plutôt vous faire part d’une de mes plus grosses expériences dans la machine politique. Le mois dernier, je me suis incrustée, un peu par hasard, avec mon amie Léa, au Forum des Jeunes du Bloc Québécois; un évènement d’une envergure qui m’était jusqu’alors inconnu. En effet, j’avais accepté d’y aller, sans avoir un quelconque statut particulier dans ce parti, dans l’optique de peut-être me découvrir une passion quelconque pour le politique dans son sens le plus froid. Qui sait? Si le militantisme politique ne m’a jamais vraiment intéressée, disons que pendant ces deux jours dans la métropole québécoise j’ai parfois été ébranlée par l’adhésion puissante, la passion que suscite un tel évènement. J’étais bien loin des assemblées générales universitaires et des soirées partisanes entre divers «militants». J’ai débarqué dans un univers étrange où amitié et rivalité se confrontent dans l’arène de la politique. Bref, il était clairement temps que je sorte de mon cocon universitaire. Contrairement à la croyance populaire, nous étudions en science politique rarement pour atteindre un quelconque pouvoir. De plus, nous ne sommes pas tous fortement imbriqués dans la machine politique puisque, à la critiquer si souvent, elle devient un peu étrangère à nos idéaux.

Si vous (comme moi) doutez parfois de l’importance de la participation électorale, à ce forum, elle donnait l’impression d’être essentielle. Ici, le moindre des votes comptait dans l’optique d’orienter les grandes lignes du prochain programme électoral du parti; l’exercice démocratique y était sublimé. Certes, les débats, les diverses propositions et les demandes de votes n’étaient pas d’envergure à changer le cours de l’histoire, mais ils permettaient à un tas de jeunes d’imposer leur vision d’une société et de se positionner sur des enjeux que trop de gens négligent. Les opinions étant parfois à fleur de peau entre les divers militants, la partisanerie n’étant pas toujours de mise, je me prenais parfois à prendre un camp en particulier et à devenir à mon tour comme tous ces militants du Bloc Québécois, un peu survoltée. Malgré un Forum de près de huit heures, je me suis surprise à aimer l’idée que nous étions tous rassemblés dans un même lieu en vue d’établir un projet de société. En soirée, ayant discuté jusqu’à trois heures du matin avec des gens exceptionnels, tant sur la politique que sur des sujets assez futiles, je me suis dit que j’avais un peu démonisé l’esprit du militantisme politique avec ses rivalités de pouvoir. La vérité? Dans le militantisme politique comme dans la vie, il y a des gens qu’on aime moins, des arrivistes et de grosses têtes, mais beaucoup sont comme moi idéalistes et passionnés. Nous venons tous d’horizons différents et pourtant nous sommes tous passionnés par l’objet du politique, et ce, malgré le désenchantement que cette discipline suscite parfois à notre époque. Le lendemain, après mes trois heures de sommeil, je me suis mise à réfléchir. Je me questionnais sur l’enjeu d’une telle journée : qu’est-ce qui pousse les gens à s’incruster dans la machine politique et devrions-nous y faire notre place? À suivre…

Quelle semaine!

Par Alexis St-Gelais, étudiant au Baccalauréat en chimie des produits naturels

Bonjour à  tous!

La semaine de relâche est proche, mais tant encore me sépare d’elle… Les trois jours à  venir sont passablement chargés pour moi, et je suis tombé malade la fin de semaine passée (et ça tombe toujours mal pour les étudiants hyperactifs comme moi :S ).

Demain, j’aurai un premier examen de chimie inorganique. Ce n’est peut-être pas le cours le plus représentatif du programme de science des produits naturels, puisqu’il fait partie des cours optionnels, mais je saisis quand même l’occasion de vous le présenter un peu. La chimie inorganique s’intéresse aux aspects plus fondamentaux de la chimie: comment les liens se forment entre les atomes, l’arrangement dans l’espace des molécules, leur symétrie, etc. Ce champ d’étude comprend aussi les éléments chimiques et leurs particularités et plus particulièrement les éléments de transition (autrement dit, la plupart des métaux). Le cours, depuis qu’il est intégré à  notre baccalauréat, comprend en outre quelques notions de chimie organométallique, une branche qui peut être bien utile pour synthétiser de nouvelles substances.

Voici les autres cours que je vous présenterai au fil de mes billets: « chimie analytique », « chimie organique », « chimie aromatique », « anatomie et morphologie végétale », « responsabilité professionnelle, éthique et sécurité avec les matières dangereuses » et « chimie physique ». Ceci vous donnera un beau tour d’horizon de ce à  quoi peuvent ressembler les deux premières sessions de mon programme.

Dans un ordre autre d’idées, histoire de ne pas trop demeurer en reste par rapport à  Hugo et Annie, je suis tout récemment devenu trésorier de notre association. Nous n’y sommes pas nombreux, mais nous organisons beaucoup d’activités. Vendredi prochain, nous irons notamment ensemble au Forum de chimie à  l’Université Laval. Là -bas, toute la journée, divers chercheurs du domaine de partout au Québec viendront présenter leurs travaux et résultats. De gros employeurs de chimistes seront également présents, de quoi faire le plein de contacts… Le tout se termine sur un vin et fromage ma foi fort apprécié des participants, à  ce que j’ai entendu dire!

Allez, je vous laisse: mon lit m’appelle.

Inorganiquement vôtre,

Alexis