Archives pour l'étiquette élections

Guide de survie en cette fin de session

Par Christian Bélanger, étudiant au Doctorat en développement régional

Bonjour. Kuei. Comment allez-vous ?

Il y avait longtemps que je n’avais pas pris le temps de prendre le temps afin de griffonner sur quelques sujets d’intérêts. Sans doute le stress relié au cheminement de ma thèse au doctorat en développement régional. à€ ce propos, depuis la fin du mois de février dernier, je me vois contraint d’être patient. Certaines personnes qui me connaissent vous mentionneront que cela n’est pas ma qualité première. Il n’y a pas de raison que je m’en offusque puisque c’est tout à  fait vrai. J’aime voir les choses bouger, j’aime obtenir les réponses rapidement, j’aime quand cela avance 
 Bref, l’attente des cinquante jours ouvrables avant de recevoir les corrections et commentaires de la part de mon jury de thèse (suite à  l’étape du premier dépôt et de la première lecture) est long, très long! Je dois attendre jusqu’au 6 mai avant de les recevoir. Cependant, je mets ce temps à  profit pour d’autres activités… Comme quoi, il faut trouver le moyen d’utiliser son temps de façon efficace.

Parlant d’utiliser son temps de façon efficace, le patriarche du milieu étudiant que je suis voit bel et bien l’ensemble des étudiants et étudiantes de notre chère institution universitaire être « sous tension » en cette fin de session. Plusieurs travaux à  remettre, plusieurs examens à  étudier, plusieurs personnes qui complètent un diplôme. En cette période, il serait tentant de négliger les heures de sommeil afin d’avancer un peu plus dans les travaux et l’étude, de même qu’il serait tentant de manger « sur le pouce » afin de sauver un peu de temps à  ne pas cuisiner! Cela serait deux erreurs à  ne pas commettre! Le sommeil est crucial afin de pouvoir faire le plein d’énergie! sans compter que moins une personne prend le temps de bien dormir, plus cela peut influencer sur la qualité de la concentration. Prenez le temps de bien dormir afin d’être frais et dispos pour l’étude de vos examens ainsi que la réalisation de vos travaux. L’alimentation est aussi importante : une nourriture de moins bonne qualité n’aidera pas à  disposer de l’énergie nécessaire pour atteindre vos objectifs! Prenez le temps de cuisiner un peu : cela change les idées, permet de préparer un repas que vous aimez; cela vous aide à  avoir une meilleure humeur… Sans compter que les repas sont une occasion d’échanger avec vos collègues et des gens qui vous appréciez, ce qui aide à  se sortir de sa bulle intellectuelle et à  se changer les idées. Rajoutez à  cela quelques bons bols d’air frais et le fait d’avoir une récompense à  la fin des examens et de la remise de vos travaux (comme une soirée entre amis-es), et vous aurez quelques outils afin d’avoir une bonne motivation et une amélioration de votre niveau de réussite !

Êtes-vous au courant de l’évènement important qui se déroule présentement ? Je ne parle pas de la présente série de la coupe Stanley (je n’en néglige pas l’importance), mais plutôt de l’élection fédérale. Il est vrai que vous étudiez présentement, par contre peu importe pour qui vous allez voter, n’oubliez pas d’aller faire un X sur votre bulletin de vote le 2 mai prochain! Quoi ? Vous ne savez pas où ? Le site internet d’élections Canada vous indiquera les moyens qui sont à  votre disposition au http://www.electionscanada.ca  Chaque vote compte! Oui, UN SEUL VOTE peut faire la différence. Prenons comme exemple les élections québécoises dans le comté de Saint-Jean en 1994 et dans le comté de Champlain en 2003 : Le Parti Libéral et le Parti Québécois ont eu le même nombre de votes dans ces deux comtés et il a donc fallu refaire l’élection. Bleu, bleu pâle, rouge, vert, jaune, orange, mauve, rose, lilas ou fuchsia, votre vote est important !

Avant de vous laisser partir, je m’en voudrais de ne pas partager avec vous l’un des petits coins de paradis qui existent au sein de la ville de Saguenay. Lorsque le mois de mai sera arrivé, allez prendre une marche au sein du parc Rivière-du-Moulin. Ce dernier est situé dans le quartier des Oiseaux, derrière le centre d’achat Place du Royaume. De beaux et longs sentiers de marche, en plus des canots et kayak qui peuvent être empruntés moyennant quelques dollars. Sans compter que pour certaines personnes, il sera tentant de prendre les plus longs sentiers qui vous mèneront jusqu’au boulevard de l’Université; une fois celui-ci traversé, il sera même possible de se rendre jusqu’au parc Peter McLeod situé non loin du quartier Rivière-du-Moulin, à découvrir!

 

« Seule l’histoire n’a pas de fin. » – Charles Baudelaire

Par Annie Lapointe, étudiante au Baccalauréat en histoire

Je vous annonce que cet article sera mon dernier sur le blogue de l‘UQAC. Après quatorze parutions, je dois dire que les sujets me manquent. Je laisse donc ma place à  une autre personne dynamique du programme d’histoire. De toute façon, mon expérience dans l’enceinte de l’UQAC tire à  sa fin. Après deux ans dans la belle ville de Chicoutimi, je déménage vers la capitale nationale pour poursuivre mes études. Ne pensez pas que j’abandonne ma région natale avec joie. Si le programme que je lorgne se donnait ici, je serais restée.

Mon dernier article portera donc sur mon implication, où j’en suis rendue, où je souhaite aller. Je suis de ces gens qui sont convaincus qu’aussitôt qu’on donne de son temps bénévolement, il n’y a pas de fin, que des débuts.

Depuis le dernier conseil central du MAGE-UQAC, je suis en charge d’organiser les élections au conseil exécutif et au conseil d’Administration de mars prochain. Je m’occupe de cette tâche avec nul autre qu’Hugo, mon collègue-blogueur. Nous vous prévoyons des élections dynamiques avec un fort taux de participation! Je n’aurais pu espérer avoir un meilleur collègue pour préparer cet évènement d’envergure, nous formons réellement une équipe du tonnerre!

Pour ce qui est de mes autres implications, je siège toujours sur le conseil d’administration, en tant que représentante tout étudiant. Mon ràôe se terminera lors de la fin de cette session. Je dois dire que cette expérience est des plus enrichissantes. Il est rare que la chance nous est donnée dans le début vingtaine de pouvoir prendre part à  des discussions sur les finances aussi ouvertement qu’au MAGE-UQAC et ce, même pour les personnes n’étudiant pas en administration.

Je suis toujours aussi sur les comités de Projet de milieu et du Fonds monétaire spécial qui décide d’où va votre argent pour les projets étudiants. Ces comités sont une façon facile pour vous de financer vos projets, aussi ambitieux soient-ils. Il suffit de remplir un petit formulaire qui est disponible au bureau du MAGE-UQAC et aux Services aux étudiants.

Dans l’avenir, j’aimerais mettre l’emphase sur l’implication communautaire. L’implication étudiante ce n’est pas la même chose dans une université de 28 000 étudiants (seulement au premier cycle) comme Laval qu’à  l’UQAC. Ici, on a l’impression d’être réellement écouté, d’avoir une place. C’est pourquoi je vous conseille fortement de vous impliquer lors de votre passage en ces murs. On acquiert une maturité et on a des responsabilités qui nous forment réellement, qui nous préparent au marché du travail. Ce genre d’expérience est difficile à  aller chercher lorsque notre emploi d’étudiant est dans le service à  la clientèle au salaire minimum. Sur ce, je vous souhaite un merveilleux séjour pendant les 3-5 ou 12 ans que durera vos études à  Chicoutimi. J‘ai été privilégiée d’avoir pu vous faire part de ce qu’a été mon expérience d’étudiante en histoire à  l’UQAC.

Annie

Suggestion lecture : L‘Oe“uvre d’ɉmile Zola. On ne peut rester indifférent face à  cet auteur, on aime ou on déteste (ou alors, on adore comme dans mon cas). Tiré de la série des Rougon-Macquart qui nous présente un roman pour chaque personne de cette famille, l’Oeuvre est l’histoire de Claude Lantier, aspirant artiste. Comme toutes les oeuvres de Zola, la vie de Claude Lantier est marquée par le réalisme écrasant du 19e siècle. On voit réellement ce que c’était être un artiste (raté ou alors seulement reconnu après la mort) affamé, épuisé qui tente de créer son chef-d’oe“uvre qui fera reconnaître son talent dans ces années de famine. Une lecture difficile, déprimante mais qui vaut le détour pour tous les fans d’histoire de l’art car on peut comprendre les individus derrières les toiles.