Archives pour l'étiquette conseils

Quoi conseiller à de futurs stagiaires en enseignement?

stagePar Suzie Tardif, étudiante à la Maitrise en éducation

Demain, dans le cadre du cours « Introduction au programme et à la recherche » du Baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire, je devrai présenter mes principaux conseils aux étudiants qui débuteront un stage en janvier prochain. J’ai envie de vous partager certains d’entre eux:

  • Établir un premier contact avec les élèves avant le début des stages

Je crois qu’il importe de réaliser une première activité avec ses futurs élèves, ne serait-ce que pour être plus à l’aise avec eux et avec son futur milieu de stage. Plusieurs activités peuvent être réalisées.

Voir l’article « Qui est cette nouvelle stagiaire? »

  • Se donner le droit à l’erreur

À ce propos, je me souviendrai toujours des dires de mon premier enseignant associé. Celui-ci m’avait dit, avec la plus grande des sagesses, que durant mes stages « j’avais le droit de me planter ». Il avait raison.

En effet, les stages permettent inévitablement d’apprendre à travers les réussites vécues, mais aussi à travers ses erreurs. L’idée, c’est de ne pas commettre la même erreur 10 fois (rires). Par contre, je suis d’avis qu’un stagiaire ne doit pas être trop exigeant envers lui-même.  Apprendre est un processus qui se peaufine tout au long de notre vie, alors on a le temps! Ce qui est gagnant, c’est de réagir professionnellement devant ses erreurs.

  • Être à l’aise avec la critique

Dans le même ordre d’idées, il faut être à l’aise avec la critique. Si l’erreur nous permet d’apprendre, la critique le permet tout autant.  Je ne dis pas qu’il ne faut pas défendre son point de vue ou son intention à travers telle ou telle approche, je dis simplement qu’il faut être ouvert à la critique parce que critiques constructives il y aura.

  • Apprendre rapidement le prénom des élèves

En fait, lorsque je remplace, je comprends à quel point ce truc est pertinent. Le fait de demander à l’élève au chandail mauve de s’asseoir est beaucoup moins efficace que de dire « Sophie, je te demande de t’asseoir ». Apprendre rapidement le prénom des élèves enrichit également, selon moi, la relation avec ces derniers.

Je me souviendrai toujours d’un élève plus timide qui était très surpris que je l’appelle par son prénom:

– «QUOI, tu sais déjà mon nom Mme Suzie? »

– « Si tu connais mon prénom je ne vois pas pourquoi je ne connaitrais pas le tien »,  lui avais-je répondu. 🙂

  • Mettre à tout moment sa touche personnelle

À mon avis, il est toujours possible de mettre sa touche personnelle dans la classe. Ce peut être grâce aux activités proposées, mais aussi dans sa manière d’enseigner, dans les approches pédagogiques privilégiées ou même dans sa gestion de classe. M. Crochet en est un bon exemple.

Voir l’article « La trousse de suppléance de madame Suzie »

  • Proposer ses services

Dans l’école, il est toujours possible de proposer ses services. Si vous avez un talent particulier, vous pouvez animer des ateliers parascolaires. Vous pouvez aussi faire du bénévolat ou  faire de l’aide aux devoirs. Toute activité avec les jeunes est pertinente. Vous pouvez rencontrer de nouveaux élèves et développer vos stratégies d’enseignement  (ex. : techniques de gestion de classe).

  • Donner signe de vie

Finalement, je crois qu’il importe de revoir ses élèves après un stage. En effet, de belles relations se développent et il est triste que celles-ci ne soient pas  entretenues. Assurez-vous donc de retourner voir vos élèves. Pour ma part, je suis allée, après mon premier stage, aider mon enseignant associé lors des examens de fin d’année. Dernièrement, j’ai aussi écrit une lettre à mes élèves belges pour leur donner quelques nouvelles. Selon mon enseignante associée, ces derniers étaient particulièrement contents de recevoir cette lettre parce qu’ils avaient peur que je les ai oubliés.

Et bien non, je ne les oublierai pas. Ils ont, tout comme les autres élèves de mes stages, fait partie de mon cheminement universitaire, fait partie de ma vie.

Ce ne sont évidemment que quelques conseils.

J’espère qu’ils vous aideront.

En voici un tout dernier:  amusez-vous!

Travail travail travail… ouf!

Par Hugo Deschênes, étudiant au Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

Allo! C‘est moi depuis ma chambre via Snowy Chicoutimi =). Au départ, je veux dire avant le début de mon université, j’avais entendu parler le monde du fait que l’université c’était beaucoup, beaucoup de travail (tout dépendant du programme, bien entendu). Je me suis rendu compte qu’on ne peut pas vraiment savoir c’est quoi tant et aussi longtemps qu’on a pas été à  l’université. Croyez-moi, c’est beaucoup de travail. Ceux et celles qui pensent que le BAC en jeux vidéo est un BAC de lâche et qu’on ne fait que jouer, et bien, vous avez tort! TORT! Si vous avez raison, alors il y a une poule, quelque part dans le monde, qui se lamente parce que des dents sont en triain de lui pousser =P.

Lorsque l’on croit avoir congé de travail pour un cours parce que l’on vient de remettre un travail, et bien, on se met un doigt dans l’oeil et bien profond en plus! Parce qu’on en reçoit un autre! Alors notre joie se transforme en tristesse et on continue notre semaine avec le même espoir… lors de la remise du nouveau travail, il n’y en aura pas d’autre… mais on se trompe toujours =( lol. Alors, j’ai compris pourquoi les party sont si importants : décompresser et lâcher son fou! Si on ne le fait pas, je dirais même que ça peut nuire à  notre santé =P. Tu n’aimes pas les partys? Peu importe, car l’important est de Dà‰COMPRESSER car on peut facilement faire une overdose. Voici quelques signes d’une overdose de travail:

  1. Tu dors environ 5 heures par nuit et tu crois que tu en as assez (environ 8 heures pas nuit est la moyenne)
  2. Tu t’endors pendant tes cours et tu te dis que c’est la faute du prof (fait : ce n’est pas toujours à  cause des profs =))
  3. Tu manges le même repas pour le souper 34 journées de suite
  4. Il y a la marque de tes fesses sur ta chaise d’ordinateur
  5. Tu n’arrives pas à  te souvenir la dernière fois que t’as écouté la télé
  6. Tu n’arrives même pas à  te souvenir si tu as une télé
  7. Tu ris pour rien
  8. Ta boîte vocale est pleine

Bref, si vous rencontrez plusieurs de ces symptômes, vous devriez songer à  vous dire que vous en faites peut-être un peu trop , et que vous devriez décompresser. Bref, lâcher le poids que vous avez sur les épaules un instant, car rien ne vaut mieux un petit congé pour recommencer de pied ferme une nouvelle semaine =).

Hugo Deschênes
Travailleur acharné