Archives pour l'étiquette comptabilité

L’implication & le recrutement

implication-recrutementPar Samuel Côté, étudiant au Baccalauréat en sciences comptables

Bonjour à vous,

J’espère que vous étudiez bien pour la fin de session. Je prends une petite pause d’étude pour vous parler de l’implication à l’université et le recrutement universitaire en comptabilité. Probablement que vous vous demandez, mais voyons, pourquoi dont il parle de ces deux choses qui n’ont pas de liens.

FAUX

Il y a beaucoup de liens entre les deux.

Commençons par l’implication, il y a plusieurs manières de s’impliquer, aussi bien à l’université ou ailleurs. Vous pouvez vous impliquer dans les différents comités à l’université, exemple : le comité CPA, l’association étudiante, etc. Premièrement, en vous impliquant, vous vous faites beaucoup de contacts qui peuvent toujours être utiles, maintenant ou plus tard, et des amis aussi. Le temps passe plus vite aussi. Je vous recommande de vous impliquer rapidement quand vous arrivez à l’université. Vous allez acquérir des « soft skills » qui ne sont pas nécessairement enseignés à l’université. Les « soft skills », qu’on peut traduire par compétence douce (bon, je doute de la traduction), sont des compétences qui sont primordiales dans les relations interpersonnelles. Voici quelques exemples : la communication, l’esprit d’équipe, l’autonomie, l’organisation, etc.

Vous voyez le lien entre le recrutement et l’implication.

Le recrutement, c’est tellement une belle période de la session d’automne, se passe au début septembre. On met ses plus beaux habits et on fait le tour des cabinets comptables. Un cocktail par ici et un déjeuner-causerie par là. La formule du recrutement est faite pour que vous rencontriez le plus de monde et pour voir l’atmosphère d’un cabinet. (Vous n’êtes pas obligé de travailler en cabinet, je parle de cet aspect, car je suis passé par là). En jasant avec les employés de la firme et les associées, vous pouvez vous faire une idée du travail de comptable en cabinet, de l’ambiance du cabinet. Au fond, le but est de trouver chaussure à son pied. Vous allez tout de même commencer votre carrière là, c’est important d’aimer ça. Je ne vous cacherais pas que le recrutement est quand même un peu compétitif, car il n’y a pas nécessairement des places pour tout le monde et ce n’est pas tout le monde non plus qui veut aller en cabinet. Voici les étapes habituelles pour faire le recrutement. Début septembre, vous faites le tour des cabinets. Après, vous envoyez votre CV/ACSEE. Si vous êtes sélectionnés, ils vous appellent pour faire une entrevue et ensuite vous attendez patiemment que votre téléphone sonne. C’est quand même un petit stress.

Si vous êtes impliqués, vous allez réussir à vous démarquer du groupe et avoir plus de chance d’avoir un stage.

Autres trucs, pendant les sessions d’automne et d’hiver, il y a des cocktails, les jeux du commerce, des concours de cas. C’est plein d’occasions qui sont bonnes pour se faire remarquer et élargir son réseau de contacts.

Bien sûr, je ne dis pas que vous devez absolument vous impliquer pour avoir un stage. Je ne prétends pas tout connaître et avoir la solution magique. Il y a beaucoup d’autres facteurs qui influencent leurs choix.

Sur ce, je vous laisse retourner à votre étude de fin de session.

Idée de lecture

Je suis présentement dans les boîtes, alors je vais y aller de mémoire pour un bon livre.

Je vous recommande Pause : Comment trois ados hyperconnectés et leur mère (qui dormait avec son smartphone) ont survécu à six mois sans le moindre média électronique de Susan Maushart. C’est un excellent livre qui porte un regard quand même dérangeant sur notre société hyperconnectée. Beau paradoxe, je vous parle de ce livre sur Internet, tout en écoutant la télé et en textant avec mon téléphone.

 

Des chiffres et encore des chiffres…

Par Annie Lapointe, étudiante au Baccalauréat en histoire

J’ai toujours détesté les mathématiques. Depuis mon plus jeune âge, cette matière a été ma bête noire (tout comme l’éducation physique, mais ça, c’est une autre histoire!). Lorsque j’ai terminé l’école secondaire, j’ai banni toute calculatrice de ma vie et effacé le mot algèbre de mon esprit. Je ne me doutais pas à  ce moment-là  que 8 ans plus tard je me serais inscrite à  un cours de comptabilité! Obligatoire pour le certificat en administration, ce cours d’introduction à  la comptabilité est bien sûr essentiel à  mon cheminement et à  ma future carrière. Cependant, loin de faire ma dramatique, mais ah! que je souffre!

Pour tenter de me remonter le moral, je me suis équipée d’une jolie calculatrice rose en espérant qu’elle m’aide à  surmonter ma bête noire. Jusqu’à  présent, le tout s’avère assez logique; actif, passif, capital. Par contre, j’appréhende le moment où je ne comprendrai plus rien pour les prochaines semaines…

Et mon cours de droit des affaires n’est pas mieux! 8 volumes de notes de cours et de lectures à  effectuer.

On est loin de l‘histoire, ça, c’est certain!

Sur ce, je vous laisse; la semaine prochaine, je vous ferai un topo sur ma visite des musées de Trois-Rivières!

Annie

 

Suggestion lecture de la semaine: Reines et favorites; le pouvoir des femmes de Benedetta Craveri. Un livre de poche tout simple qui nous raconte en quelques centaines de mots la vie des dames ayant marqué la cour royale à  la Renaissance. Pouvant autant intéresser le grand public que les passionnées d’histoire, cette lecture est parfaite lorsque l’on veut en apprendre plus sur cette époque en peu de temps!