Archives pour l'étiquette bleuets

Les plaisirs gastronomiques de la région

Par Sarah Gaudreault, étudiante au Certificat en rédaction-communications

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est réputé pour ses fameux bleuets, mais il existe toute une gamme de produits qui sont de plus en plus recherchés par les touristes du Québec ou d’Europe.

Le fromage demeure un incontournable régional. Il existe plusieurs fromageries. Voici les plus connues: la fromagerie Perron de St-Prime qui se spécialise en cheddar frais du jour, tout comme le St-Laurent de St-Bruno et le Boivin de La Baie.

La chocolaterie des Pères trappistes de Mistassini a développé plusieurs types de produits très appréciés. Les chocolats aux bleuets demeurent un classique que l’on peut se procurer en début de récolte de ce petit fruit bleu (en juillet) jusqu’en septembre et, depuis environ sept ans, des chocolats aux canneberges sont également conçus.

Il peut aussi être très intéressant de cultiver nous-mêmes nos propres bleuets dans les bleuetières touristiques ou d’autres petits fruits tels que les fraises et les framboises. Je vous nomme quelques endroits au Saguenay: la Bleuetière G.T. à  Shipshaw, les Jardins de St-Martin à  La Baie, les Vergers Bicolores et les Serres en Plein Champs à  St-Ambroise. Au Lac-Saint-Jean, la cueillette peut se faire à  la bleuetière touristique de Saint-François-de-Sales, aux Jardins la Martine de Saint-André, au Musée Louis-Hémon de Péribonka, à  la Magie du Sous-bois et à  la Bleuetière touristique de Dolbeau-Mistassini.

Si vous avez envie de déguster un bon repas du terroir, je vous conseille l’Orée des Champs à  St-Nazaire, seule table champêtre certifiée en région qui se spécialise en mets à  base d’agneaux et qui comporte une terrasse.

Si jamais vous venez de l’extérieur et avez envie de découvrir des plats typiques d’ici, le Motel Chute des pères de Dolbeau-Mistassini vous offre la possibilité de déguster de la soupe aux gourganes, de la tarte aux bleuets et de la tarte au sucre.

Notre région n’a absolument rien à  envier aux autres, car elle se distingue par ses produits et ses mets d’ici qui lui sont associés. Pour plus d’informations, je vous invite à  consulter le guide touristique officiel 2012-2013 ou à  vous rendre à  un bureau d’information touristique de la région.

Article premier… présentation loufoque d’expériences rigolottes!

Par Anaïs Plasse, étudiante au Baccalauréat interdisciplinaire en arts

Bonjour à  tous
chères lectrices
et chers lecteurs,

Nous sommes le 20 janvier 2011, et cela fait bientôt 5 mois que j’ai posé le premier pied sur le continent américain, plus particulièrement au Québec.

Si vous voulez encore en savoir un peu plus sur ma situation géographique,
il vous suffit de prendre une carte du Québec et de regarder où se situe un des points les plus au nord de la Belle Province… pour trouver…Chicoutimi !

Je ne sais pas vraiment par quoi commencer pour vous faire part de mon expérience ici(te), tous les jours un peu plus enrichissante que glaciale !
Venant de France, je pourrais vous parler de la première chose qui m’a marquée en arrivant…

Du plus loin que remontent mes souvenirs, je crois bien que c’est l’extraordinaire quantité de bleuets (communément nommés myrtilles en France) qui a retenu mon attention.
Oui oui je ne blague pas !!!
Avec mon regard tout neuf, ingénue que j’étais, j’ai voué une réelle fascination pour le nombre de possibilités de commercialisation du bleuet et de ses nombreux produits dérivés :
cuisinés dans les muffins, ou pour enrichir les pane-cakes au petit déjeuner, garnissant les tartes, ou aromatisant les confitures… Il est également possible de se parer de bleuets-pendentifs, de bleuets-bagues, de bleuets-boucles d’oreilles…
Alors, croyez-moi, à  tous les passionné(e)s de bleuets, il est possible de faire carrière au Saguenay !

Bref, tout cela pour dire, que je m’attendais plutôt à  rencontrer des caribous (orignaux) sur la route menant de Montréal jusqu’à  Chicoutimi…
Mais pas pantoute!
Une des premiers stéréotypes que j’avais en arrivant venait de s’ effondrer : grand bien m’en fasse, le voyage est fait pour cela !

Même si je n’ai abordé que le sujet des baies jusqu’à  présent (hihi, non non je ne suis pas une spécialiste… ou du moins pas encore!), et que vous en avez déjà  assez de lire ma « présentation loufoque », laissez-moi vous dire encore quelques petites choses…

Si vous avez un jour l’occasion de vivre l’expérience d’un séjour au Québec, en tant qu’étudiant(e)s internationaux(ales), faites vos valises tout de suite !
Prenez le strict minimum surtout, puisque rien ne vaudra les richesses que vous rencontrez !

Vous ne regretterez pas de pouvoir jongler plus tard entre expressions françaises et expressions québécoises…
Vous aimerez vous faire charrier (niaiser) pour votre usage d’anglicismes…(attention, il est interdit de faire du shopping ici, il faut « magasiner« , ou bien à  la rigueur « faire son épicerie »!)
Vous aimerez bien sûr parler de l’hiver, qui est « si rude » au Québec, mais vous verrez qu’après quelques bonnes habitudes vestimentaires, cela ne sera pas si difficile à  vivre (et vous passerez pour un héros auprès de votre famille restée en « climat tempéré »)
Vous vous étonnerez également d’admirer les flocons de neiges recouvrir délicatement les toitures de vos voisins,
et trouverez vite qu’il est est très agréable de profiter des sports hivernaux !
Enfin,
vous trouverez votre université géniale (en partie parce qu’elle est bien chauffée)
et vous rencontrerez des personnes inoubliables (qui vous accueilleront toujours chaleureusement, avec une poutine, une bière, ou bien un super poêle à  bois)…

Je vous laisse sur ce, à  cette première lecture, en espérant vous transmettre à  travers les mots, le goût du voyage, de la rencontre et bien sûr… le plus de sourires possibles !!!

à€ très vite !

Anaïs.