Archives pour la catégorie Coopération internationale

Connaissez-vous bien votre Monde ?

Par Elizabeth Dupont, étudiante au Certificat en intervention communautaire et  Certificat en coopération internationale

 

Nous voici déjà de retour de la mi-session. Comme le temps passe vite!

J’avais le goût de vous parler ce mois-ci de mon intégration dans le certificat en coopération internationale qui se passe très bien!

J’ai l’impression d’être informée plus que jamais sur ce qui se passe dans le monde en 2015, puisque plusieurs cours suivis cette session me donnent l’opportunité de suivre l’actualité internationale et de traiter des enjeux qui s’y rattachent.

La diplômée collégiale en communication que je suis a enfin l’impression de se remémorer plusieurs notions apprises et par la suite oubliées.

Par exemple, le cours d’Introduction à la carte du monde nous permet de nous intéresser à un tas de conflits politiques et sociaux dans chaque région du monde. Nous avons notamment étudié la crise de la migration en Europe et on a parlé de la situation économique de la Chine ainsi que de la guerre en Syrie, pour n’en nommer que quelques-uns.

Bref, je constate que beaucoup de personnes auraient intérêt à suivre avec attention ce cours. Malheureusement, il m’arrive de discuter avec des gens et de réaliser que ce qui sort un peu de leur petit nombril ne les intéresse pas et pourtant ce qui se passe sur la scène mondiale influence directement leur quotidien. On s’intéresse à la météo, les feuilles qui jonchent le terrain, la poussière qui salit l’entrée de la cour, du voisin qui vient de s’acheter une roulotte plus grosse que la notre et ça ne s’arrête pas très loin après cela…

Si je vous parlais du Partenariat transpacifique sauriez-vous de quoi il est question ? Et pourtant les agriculteurs de la région risquent d’être directement touchés par ce partenariat.

Si je vous parlais de la crise migratoire à laquelle fait fasse l’Europe comprendriez-vous de quoi nous parlons ? Et pourtant le maire de Saguenay s’est même offert pour accueillir des Syriens… Ah cela, on en a entendu un peu plus parler. Mais quand même, connaissez-vous bien les enjeux de ce conflit?

Si je vous parlais de la chute de l’économie en Chine, sauriez-vous comprendre les impacts que cela pourrait avoir pour nous ici?

Évidemment, on ne peut pas tout savoir et s’intéresser à tout, je vous l’accorde. Mais je persiste à croire que nous aurions grandement avantage à lever un peu le nez de la même poutine quotidienne pour nous ouvrir au monde.

Le meilleur exemple, c’est certainement cette campagne électorale qui au final se sera jouée sur une histoire de vote voilé. Pas que cela n’ait pas d’importance ou d’incidence, mais je pense que les électeurs qui décident aujourd’hui de qui formera le prochain gouvernement devraient connaître un peu plus l’histoire et la politique internationale.

Ça les aiderait sans doute à prendre une décision plus éclairée, au-delà de l’idée d’aller voter avec un sac de patates sur la tête…

Une nouvelle venue!

T.E.A.M. Elizabeth Dupont

Par Elizabeth Dupont, étudiante au Certificat en coopération internationale

En cette rentrée 2015, je souhaite d’abord me présenter. Je suis une étudiante nouvellement inscrite au certificat en coopération internationale de l’UQAC. Je m’appelle Elizabeth Dupont et j’ai 27 ans. J’étudie à l’UQAC depuis l’an dernier. J’étudie aussi au Certificat en intervention communautaire que je compléterai à la prochaine session.

Les voyages ont toujours été attirants pour moi, mais en tant qu’étudiante, ma situation financière est précaire. De plus, des emplois étudiants très prenants ont fait en sorte que je n’ai pu voyager autant que je le souhaitais auparavant.

Quand j’ai pu me le permettre, je suis partie à la découverte du monde.

J’ai visité l’Espagne, Cuba, l’Ouest canadien, Hawaï, Toronto, New York et plus récemment le Chili.

Je rentre à peine d’un stage d’initiation à la coopération internationale Québec Sans Frontières à Santiago, capitale du Chili, où j’ai pu faire de l’intervention par les arts auprès des gens de la rue. Cette aventure de trois mois m’aura grandement transformée et ouvert les yeux sur le monde.

Bien que je ne sois partie qu’en mai dernier, le processus menant à un tel voyage en est un de longue haleine. J’ai postulé pour le projet il y a un peu plus d’un an, à l’été 2014. J’avais envie de partir, de changer d’air, tout en pouvant gagner de l’expérience en intervention et mettre à profit mes connaissances en arts.

Un an plus tard, je peux affirmer que ce processus aura grandement changé ma vie. Les formations préparatoires m’ont apporté plusieurs connaissances en coopération internationale, en développement durable et en travail de rue.

C’est à travers tout cela que s’est fait sentir mon envie de poursuivre la démarche plus loin, avant même de partir au Chili. Je me suis donc inscrite en coopération internationale au printemps dernier.

Je ne savais pas à ce moment si j’allais aimer mon expérience, mais je savais que j’avais au fond de moi cette envie d’en savoir plus sur le monde qui m’entoure. Après avoir vécu mon voyage extraordinaire au Chili, j’étais plus qu’emballée de savoir qu’à la rentrée, je poursuivrais dans la même direction avec mes cours dans ce programme et je peux dire que je ne me suis pas trompée!

La session commence à peine et je suis comblée par la matière à voir, les travaux à produire et surtout le dynamisme des enseignants et chargés de cours du département. Par ailleurs, je sais déjà que j’ai l’intention d’accomplir mon stage de coopération en mai prochain, alors que je compte retourner au Chili pour poursuivre le projet entamé cette année avec le même organisme sur le terrain.

Définitivement, la session s’entame sur les chapeaux de roues!

Je vous invite à me suivre tout au long de mes études en coopération internationale puisque je continuerai à vous faire part de mes réflexions et de mon expérience d’étudiante dans ce programme.

Bonne rentrée à tous!