Archives pour la catégorie Génie civil

Vivre ensemble …

Histoire noirsPar Alain Zingongo, étudiant au Baccalauréat en génie civil

« Vivre en ensemble et travailler ensemble : la diversité au cœur du milieu de l’emploi », c’était le thème de célébration du « Mois de l’Histoire des Noirs » de cette année autour duquel se sont mobilisés le Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CÉLAT), la Chaire d’enseignement et de recherches interethnique et interculturels (CERII), l’Association des Africains du Saguenay Lac St-Jean (AASL) et de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Le thème a été repris dans plusieurs milieux avec d’autres formulations. C’est comme cela qu’au sein de l’UQAC, on l’a retrouvé au niveau de CEUC Radio avec son coordonnateur Vincent et hors de l’Université sous la forme de « Vivre ensemble, c’est bon; travailler ensemble, c’est mieux ».
Les organisateurs du « Mois de l’histoire des noirs, édition 2016 » ont voulu promouvoir le vivre ensemble inclusif à travers différentes activités pour réfléchir sur les voies et moyens d’impulser une nouvelle offre d’immigration et de participation des minorités, surtout celles visibles, au développement économique et social de la région. Plusieurs activités ont donc été prévues et se sont déroulées tout le long du mois de février 2016.
Pour une première fois au Saguenay, certaines activités du Mois de l’histoire des noirs ont eu lieu hors de l’Université. « La journée du Buzz en région », par exemple, est une activité dans laquelle des personnes de la communauté des minorités visibles ont offert une journée de bénévolat dans les espaces de travail des épiceries, des restaurants, des structures publiques et autres. Le sous-thème de cette activité était« Voir et vivre la diversité ethnique, raciale dans les espaces du quotidien ». « La journée du Buzz » a eu lieu, le vendredi 19 février 2016 dans les milieux de travail retenus au même moment. Vous pouviez retrouver l’ensemble de la programmation sur l’affiche de l’évènement.
Parler du Mois de l’histoire des noirs et de la diversité culturelle sans aborder l’une des caractéristiques culturelles des minorités visibles qu’est leur cuisine, semble manquer (comme un bon ingrédient) à ce blogue. Des épiceries spécialisées se sont installées progressivement en région pour apporter de nouvelles saveurs au Saguenay – Lac St-Jean. Vous pouvez les suivre sur leur Facebook et y faire un tour! Des surprises agréables pourraient vous y attendre.

Exotica à Chicoutimi : https://www.facebook.com/profile.php?id=100009935688715&fref=ts

Épicerie ethnique et biologique, marché d’Ici et d’Ailleurs à St-Félicien : https://www.facebook.com/%C3%89picerie-ethnique-et-biologique-March%C3%A9-dIci-et-dAilleurs-1672288073000061/?pnref=story

Mon Afrique au Saguenay
– Épicerie : https://www.facebook.com/groups/afriki/?fref=ts
– Recettes : https://www.facebook.com/groups/667355596632408/?fref=ts

L’UQAC s’illumine aux couleurs de la fête!

Phot Alain DécPar Alain Zingongo, étudiant au Baccalauréat en génie civil

L’UQAC s’illumine aux couleurs de la fête.

Les effets de l’austérité, les différents attentats ressentis à l’UQAC et la fin de session m’avaient presque fait oublier la période des fêtes.

Lentement mais sûrement, les couleurs de la fête apparaissent au sein de l’université. Commençant discrètement par les résidences universitaires, les couleurs de la fête gagnent progressivement les bureaux des employés, puis la guérite de la sécurité, l’entrée de la bibliothèque…

La suppression de certains services sociaux et de santé, l’abolition de plusieurs classes spéciales,  les mouvements de grève ou ses menaces marquent cette période d’austérité au Québec à laquelle l’UQAC n’échappe pas. Malgré les ressources financières de l’Université amoindries par l’austérité, les services de la bibliothèque n’ont pas cessé de s’adapter aux besoins des étudiants en leur offrant plus d’espaces de travail individuel ou en groupe, par exemple.

Les attentats de Paris, de Tunis ou de Bamako ont été des moments intenses au cours de cette session. L’administration de l’UQAC, par le biais des Services aux étudiants, s’est mobilisée pour soutenir ceux qui en avaient besoin. Avec la fatigue accumulée en cette fin de session ajoutée à ces événements tristes, voir ces couleurs de fête ragaillardit.  La vie continue malgré tout, et le fait de voir l’UQAC soucieuse de la réussite des étudiants fait chaud au coeur.

Cette session a été spéciale. Une manière de le souligner pourrait être de décorer l’entrée du Pavillon principal de l’UQAC ou celle du Pavillon Alphonse-Desjardins aux couleurs des Fêtes, une réponse à cette période particulière de morosité, de deuil et de fatigue. Une autre manière de dire aux étudiants en paraphrasant cette citation dans l’un des poèmes de l’époque victorienne : mille te tiennent debout quand ta seule envie est de te coucher.

À la communauté des étudiants internationaux ou des immigrants inscrits à l’UQAC et qui ne fêteront pas Noël en famille,

À tous ceux qui seront dans la même situation pour une raison quelconque,

À défaut d’être en famille, soyez entre amis.

Bonne fin de session à tous et joyeuses fêtes.

Les surprises, quand on débarque…

froid_alainPar Alain Zingongo, étudiant au Baccalauréat en génie civil

Quand on commence ses études à l’UQAC en venant directement des universités africaines, quelques surprises nous accueillent au cours de l’année civile qui suit notre arrivée. Ces surprises peuvent être classées en trois catégories : la session et son organisation, la température et notre humeur, et enfin le plan social.

Les sessions durent en général 4 mois et non 8 comme en Afrique. Elles sont autonomes et indépendantes. Le nombre moyen de cours pris par les étudiants pour une session est cinq ; ce qui peut paraître peu. À la semaine de relâche, encore appelée la « mi-session », la messe est souvent dite pour la session : on sait plus ou moins si la session sera une réussite ou non ou encore quels sont les ajustements à faire pour améliorer ses notes. Cette analyse est difficile à faire au cours de la première session à moins d’avoir quelqu’un qui vous y aide. Sinon, cela fera partie des expériences pratiques pour le futur. La notion de plan de cours, la vitesse de déroulement des cours, les travaux en dehors des cours sont autant d’éléments qu’il est difficile de saisir leur portée lors de sa première session et ainsi de trouver un rythme de travail adéquat.

L’une des caractéristiques du Canada à laquelle la région de Saguenay ne fait pas exception est le froid. Il peut être déstabilisant et beaucoup affecter les conditions physiques et mentales d’études quand on ne sait pas s’y prendre. Les changements d’heure en mars et en novembre peuvent entraîner des troubles du sommeil et s’ajoutent aux surprises de la session. Le corps a des réactions nouvelles qu’il faut vite décoder pour bien s’ajuster afin de ne pas perdre le contrôle de sa session. « Il ne fait froid, il n’y a que des gens mal habillés. » Cet adage donne une idée des solutions.

Passée la première session, les surprises, pour ne pas dire difficultés, s’estompent et on réussit à s’adapter. Les travaux de groupe et le temps aident; il faut prendre le temps de se faire connaître, de connaître les autres et, surtout, de découvrir son nouveau milieu tant sur le plan administratif que social.

Souvent, lorsque l’on est séparé des siens et que l’on doit faire face à une nouvelle réalité, le froid, le stress et la solitude surprennent par leur profondeur ou par leur grandeur. On a l’impression de ne les avoir jamais connus, ce qui est en partie vrai. Cette forme de stress et de solitude était difficile à imaginer. Aujourd’hui, ils sont là.

Les fenêtres sont souvent fermées au Saguenay en raison du froid, mais ne laissez pas la température dicter votre conduite. Sortez! Bougez! Faites appel à votre imagination et adaptez-vous à votre nouveau milieu en prenant soins de vous. Au pire, rapprochez du service d’aide aux étudiants au sein de l’UQAC. Il y a toujours une oreille attentive qui vous saura vous comprendre et vous guider.

Il ne me reste qu’à nous souhaiter une bonne fin de session et un bon séjour à l’UQAC.