Tous les articles par Samuel Côté

Je suis Samuel Côté, étudiant en sciences comptables. Je suis nouveau dans la région, je viens de la Grand ville. Je me passionne pour mon domaine d’études et tout ce qui y est relié. J’adore la lecture et l’automne, probablement parce que c’est la saison de ma fête. Mes amis vous diraient que je suis un bon vivant qui adore les soirées entourées d’amis.

L’implication & le recrutement

implication-recrutementPar Samuel Côté, étudiant au Baccalauréat en sciences comptables

Bonjour à vous,

J’espère que vous étudiez bien pour la fin de session. Je prends une petite pause d’étude pour vous parler de l’implication à l’université et le recrutement universitaire en comptabilité. Probablement que vous vous demandez, mais voyons, pourquoi dont il parle de ces deux choses qui n’ont pas de liens.

FAUX

Il y a beaucoup de liens entre les deux.

Commençons par l’implication, il y a plusieurs manières de s’impliquer, aussi bien à l’université ou ailleurs. Vous pouvez vous impliquer dans les différents comités à l’université, exemple : le comité CPA, l’association étudiante, etc. Premièrement, en vous impliquant, vous vous faites beaucoup de contacts qui peuvent toujours être utiles, maintenant ou plus tard, et des amis aussi. Le temps passe plus vite aussi. Je vous recommande de vous impliquer rapidement quand vous arrivez à l’université. Vous allez acquérir des « soft skills » qui ne sont pas nécessairement enseignés à l’université. Les « soft skills », qu’on peut traduire par compétence douce (bon, je doute de la traduction), sont des compétences qui sont primordiales dans les relations interpersonnelles. Voici quelques exemples : la communication, l’esprit d’équipe, l’autonomie, l’organisation, etc.

Vous voyez le lien entre le recrutement et l’implication.

Le recrutement, c’est tellement une belle période de la session d’automne, se passe au début septembre. On met ses plus beaux habits et on fait le tour des cabinets comptables. Un cocktail par ici et un déjeuner-causerie par là. La formule du recrutement est faite pour que vous rencontriez le plus de monde et pour voir l’atmosphère d’un cabinet. (Vous n’êtes pas obligé de travailler en cabinet, je parle de cet aspect, car je suis passé par là). En jasant avec les employés de la firme et les associées, vous pouvez vous faire une idée du travail de comptable en cabinet, de l’ambiance du cabinet. Au fond, le but est de trouver chaussure à son pied. Vous allez tout de même commencer votre carrière là, c’est important d’aimer ça. Je ne vous cacherais pas que le recrutement est quand même un peu compétitif, car il n’y a pas nécessairement des places pour tout le monde et ce n’est pas tout le monde non plus qui veut aller en cabinet. Voici les étapes habituelles pour faire le recrutement. Début septembre, vous faites le tour des cabinets. Après, vous envoyez votre CV/ACSEE. Si vous êtes sélectionnés, ils vous appellent pour faire une entrevue et ensuite vous attendez patiemment que votre téléphone sonne. C’est quand même un petit stress.

Si vous êtes impliqués, vous allez réussir à vous démarquer du groupe et avoir plus de chance d’avoir un stage.

Autres trucs, pendant les sessions d’automne et d’hiver, il y a des cocktails, les jeux du commerce, des concours de cas. C’est plein d’occasions qui sont bonnes pour se faire remarquer et élargir son réseau de contacts.

Bien sûr, je ne dis pas que vous devez absolument vous impliquer pour avoir un stage. Je ne prétends pas tout connaître et avoir la solution magique. Il y a beaucoup d’autres facteurs qui influencent leurs choix.

Sur ce, je vous laisse retourner à votre étude de fin de session.

Idée de lecture

Je suis présentement dans les boîtes, alors je vais y aller de mémoire pour un bon livre.

Je vous recommande Pause : Comment trois ados hyperconnectés et leur mère (qui dormait avec son smartphone) ont survécu à six mois sans le moindre média électronique de Susan Maushart. C’est un excellent livre qui porte un regard quand même dérangeant sur notre société hyperconnectée. Beau paradoxe, je vous parle de ce livre sur Internet, tout en écoutant la télé et en textant avec mon téléphone.

 

Mi-session

mi-sessionPar Samuel Côté, étudiant au Baccalauréat en sciences comptables

Bonjour à vous,

Je me suis fait attendre, je suis désolé.

Voilà, on est rendu au mois de novembre et ma mi-session est toujours en cours et il reste seulement un mois de cours. Je vais vous parler un peu aujourd’hui des examens en comptabilité et comment passer au travers. Bien sûr, ce n’est pas exhaustif comme trucs et ça se peut que mes trucs ne fonctionnent pas pour vous. Les examens et la préparation aux examens peuvent être une période relativement stressante. Je trouve que les examens en comptabilité sont très bien distribués au courant de la session et qu’ils ne sont pas tous dans la même semaine. Les cours en comptabilité ont plus que deux examens dans la session. Par contre, on est toujours en examen. C’est un feu roulant. Il faut ajouter à cela les travaux d’équipes et individuels. La charge de travail n’est pas petite et il faut commencer à travailler dès le début de la session pour ne pas paniquer pendant la mi-session. Si vous n’avez jamais utilisé un agenda, c’est le moment d’essayer pour garder le cap sur tous vos projets et ne rien oublier. Je vous avoue que c’est la première session où j’étudie autant et où je passe autant de temps à la bibliothèque, mais c’est payant, car mes notes ont augmenté.

Quelques trucs pour passer au travers de vos examens

  • Dormir un nombre d’heures convenable. Bien sûr, une nuit blanche une fois de temps en temps n’est pas mauvaise, mais vous n’arriverez jamais sain et sauf à la fin de la session.
  • Se faire un échéancier.
  • Utiliser un agenda.
  • Poser des questions aux profs et aux collègues de classe.
  • Essayer de définir ce qu’il va avoir à l’examen.
  • Réviser votre examen (Anecdote : Je n’ai pas vraiment l’habitude de réviser mes examens et ça m’a joué des tours à quelques occasions. J’ai déjà oublié une page entière de choix de réponse. Une chance que j’ai passé l’examen, car j’aurais vraiment été fâché contre moi.)
  • Avoir une bonne alimentation
  • Faire un tant soit peu d’exercice (je ne suis pas mes propres conseils)
  • N’essayez pas deviner les questions à l’examen pour ne pas étudier les autres. (Je l’ai testé et ça ne fonctionne pas vraiment bien)

Je vous le dis, je ne suis pas un maître en la matière. C’est mes expériences personnelles.

La période d’examen est stressante, mais on passe tous au travers et on est content quand elle termine.

Idée de lecture

Je vous recommande les livres de John Grisham. C’est des legal thriller, beaucoup de suspense et d’action. Vous n’avez pas besoin de les lire dans un ordre précises. Ah oui, j’ai fait quelques découvertes dans une friperie. Je vous recommande de faire un tour là-bas, si vous n’avez pas nécessairement les moyens de vous payer des livres neufs.

Bonjour les Internets

Cahier sciences comptables

Par Samuel Côté, étudiant au Baccalauréat en sciences comptables

Bonjour à vous tous, j’espère qu’il n’y aura pas que ma mère qui va me lire! Je suis nouveau dans le monde du blog, alors soyez indulgents envers mes écarts. Je vais commencer par me présenter.

Samuel Côté, enchanté de vous rencontrer.

Je suis originaire de la Rive-Nord de Montréal. Je n’ai pas vraiment un parcours scolaire standard. Je n’ai pas complété d’études collégiales, car à 18 ans, le travail m’appelait plus que les bancs du cégep. Je fus sur le marché du travail quelques années et, par la suite, je me suis inscrit à l’université comme candidat adulte. J’ai été admis au certificat en administration à l’UQÀM. Ayant été toujours impressionné par la profession d’ingénieur, je me suis dirigé vers l’Université de Montréal pour entreprendre les préalables scolaires pour être admis dans un des programmes d’ingénierie. Pendant ce temps, je jonglais entre l’administration et les préalables pour le génie. Je peux vous dire que choisir est difficile. À Montréal, je n’ai pas pu entrer en ingénierie alors j’ai entrepris des études en comptabilité, ceci étant mon deuxième choix. Suite à mon déménagement dans la région, je savais que j’avais la chance d’entrer en génie à l’UQAC. Allez hop, je m’inscris et je fais ma première session, mais l’appel de la comptabilité fut plus fort.

Me voici, maintenant, en deuxième année de sciences comptables à l’UQAC. Déterminé à terminer mon bac et le DESS pour ainsi obtenir mon titre comptable. Je peux vous dire qu’il est important de trouver une formation qui vous passionne, sinon le temps est long.

Tout au long des billets qui suivront, j’ai l’intention de démystifier le concept du « comptable aux bas bruns » et de vous en apprendre un peu plus sur les différentes facettes des études en sciences comptables. J’espère vous divertir un peu!

Bien sûr, il n’y a pas que l’école: j’ai eu la chance de travailler dans différentes entreprises qui m’ont permis d’acquérir des habiletés et des connaissances formidables que j’utilise tous les jours. J’ai une passion pour la lecture. J’ai d’ailleurs découvert cet été les thrillers judiciaires. Je dévore actuellement tous les livres de John Grisham, excellent auteur. Je tripe carrément sur l’actualité, ce qui peut sembler bizarre pour un gars de mon âge, mais je crois qu’elle permet d’élargir ses horizons et d’entretenir des conversations. J’espère vous transmettre une partie des passions que j’ai ou vous faire découvrir des choses que vous ne connaissez pas encore. Si vous avez des questions sur le programme ou autres, je vais essayer d’y répondre. Vous n’avez qu’à me laisser un commentaire!

Ah oui, pour le plaisir à la fin de chaque billet, je vais vous recommander quelques livres que j’ai appréciés.

Au plaisir et bon début de session ou mi-session, tout dépendamment.

Mes examens commencent demain.

Sam

 

Mes suggestions :

Freakconomics, Superfreakconomics et Think like a freak de Steven D. Levitt et Stephen J. Dubner.

Quand un économiste et un journaliste se rencontrent,ça donne des drôles de livres. Ils appliquent les notions d’économie aux bizarreries de la vie de tous les jours. Permets de voir d’un autre oeil des choses banales de la vie de tous les jours. Vous pouvez trouver facilement les deux premiers en version francophone. Pour Think Like a Freak, il n’est pas encore disponible en français.