GENIE MECANIQUE

PREMIER JOUR AU SAGUENAY

Tempete de neige 19 01 15 (1)

Une fois bien installé dans mon petit cottage, j’ai pu définir les activités des jours à venir. La première sortie fut au bureau de poste de Chicoutimi à la rue des Sapins.

Faute de GPS, les plans de la ville furent mes amies. Je mentirais en disant que je ne me suis pas égaré. À plusieurs reprises, je m’arrêtais pour consulter ma carte ou demander mon chemin à un habitant de la ville. Je dois aussi admettre que j’aime bien l’accent québécois que je trouve accueillant et chaleureux. Cependant, j’ai pu découvrir des lieux insoupçonnables : il existait un autre coté de la ville, Chicoutimi-Nord et on s’y rendait en traversant un pont, la vue sur la forêt et le lac Saguenay était époustouflante (petite pause pour des photos). De nouveau dans la voiture, je continuai mon périple à travers la ville. Le chemin devenait de plus en plus glissant à cause de fortes chutes de neige. J’en ai profité pour discuter avec Guy, le taximan, des astuces pour bien m’intégrer dans mon nouvel habitat. Je trouverai cela très amusant, car Guy aimait le fait que je sois nouveau et en profiter pour me raconter des anecdotes au sujet des différentes saisons et comment les habitants arrivaient à braver le froid pour vaquer à leurs occupations.  Ce bavardage me faisait beaucoup de bien et enrichissait mon expérience de vécu.

Nous sommes enfin arrivés au bureau de poste. Une fois à l’accueil, les agents étaient à la limite contents de me voir, car ils étaient sur le point de rendre le colis à son lieu de provenance du fait qu’il était resté longtemps sur place sans que le propriétaire ne se manifeste pour le récupérer. Ouf! « Et voilà un poids de moins », je me suis dit. Ce fut un plaisir de voir un peu d’animation avec tout ce monde qui circulait et j’aimais à ce moment toute cette agitation autour de moi. Cependant, au bout d’une demi-heure de marche, il commencer à faire sombre; et oui, nous sommes au solstice d’hiver. Je ne voulais pas rebrousser chemin. Déterminé comme un Samuel de Champlain, je marchais donc dans la neige, à travers les hauts tas.

Deux choix s’offraient à moi : continuer de marcher pour découvrir la ville et ses rouages ou rentrer à la maison. Je décidais d’opter pour le premier, mais mon élan fut stoppé par un vent froid (eh oui c’est l’hiver encore!). Des fourmis dans les jambes, la faim qui tenaille et la fatigue accumulée du voyage de la veille. Rendu à l’évidence, je fis demi-tour et suis reparti sur mes pas pour trouver cette fois, la station du bus.

Pour fêter mon premier périple, j’ai fait une escale au Tim Horton et pris un café.

Saleh

The following two tabs change content below.

Saleh Yakhya

Ziguinchor (SENEGAL), 1989. C’est là que je suis né. Plus précisément le 12 septembre. J’ai donc 25 ans à ce jour. J’ai grandi dans ce paisible pays qu’est le Sénégal appelé aussi le pays de la Téranga qui veut dire en dialecte national, hospitalité. Mes origines sont libanaises. J’ai évolué dans un environnement assez strict ou la réussite scolaire était primordiale ce qui m’a poussé à toujours avoir un esprit de dépassement et de compétition. Après voir grandit dans une petite province du sud, je me rends à la capitale après mon baccalauréat, qui est chez nous le diplôme sanctionnant la fin des études au lycée, en 2007. Je ne savais pas trop quoi faire après le lycée et c’est un de mes professeurs de mathématiques qui m’a conseillé de m’orienter vers des études plus techniques et pratiques. C’est là que j’intègre le département génie mécanique de l’école supérieure polytechnique d'où je sors ingénieur de conception en juillet 2013. Juste après, je rentre dans le monde professionnel dans un cabinet de consultance spécialisé en énergies renouvelables. Après cela, j’ai décidé de me rendre dans un pays qui m’offrirait plus d’opportunités dans les études et une carrière plus intéressante ; ainsi j’arrive au CANADA en septembre 2014. Ce que j’ai de particulier ce serait peut-être que je parle quatre langues : le Français, l'Anglais, l'Arabe libanais et l'Espagnol. J’aime beaucoup m’ouvrir aux autres, découvrir des cultures étrangères, voyager, lire et j'ai de l'intérêt pour les métiers en l’aéronautique.

Derniers articles parSaleh Yakhya (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *