Kinésiologie

L’obésité, un problème au cœur de notre société

 

obesitePar Baptiste Hagège, étudiant au Baccalauréat en kinésiologie

Le 16 septembre 2015 s’est déroulé à l’UQAC au département de kinésiologie une vidéoconférence sur le thème de l’obésité. Deux chercheuses – Kelsey Dancause de l’UQAM et Patricia Blackburn de l’UQAC – nous ont présenté leurs recherches dans le but de nous informer des causes de l’obésité et de son ampleur à travers le Québec. Nous avons été agréablement surpris par le nombre d’étudiants présents de l’Université, démontrant l’implication de nos futurs kinésiologues dans la recherche contre l’obésité !

Kelsey Dancause, professeure à l’UQAM au département des sciences de l’activité physique, porte ses recherches sur « La nutrition, le stress et l’activité physique pendant la grossesse, et leurs effets sur la santé des nourrissons ». Elle a débuté la conférence sur un sujet plutôt préoccupant : l’impact du mode de vie de la femme enceinte sur le futur nouveau-né.

Il est primordial de considérer l’importance de l’environnement de la future mère pendant la gestation, cela aura un impact sur la santé du nouvel être tout au long de sa vie. Kelsey Dancause nous rappelle que plusieurs facteurs influencent le bon déroulement de la grossesse, en particulier le stress qui occupe une place importante ! Pourquoi ? Car les hormones de stress – notamment la cortisol – traversent le placenta et affectent le développement du fœtus. Le Projet Verglas a été fondé suite à la tempête de neige de 1998, une catastrophe naturelle qui a plongé dans le noir, pendant 40 jours, 3 millions de personnes, dont 150 femmes enceintes au sud de la province du Québec. Il étudie les différentes intensités d’un stress prénatal ainsi que les différents impacts sur l’enfant et l’adolescent. Les recherches du Projet Verglas illustrent les arguments de Kelsey sur les plus forts risques d’obésité et d’Indice de Masse Corporelle (IMC) élevé en cas de stress prénatal.

La croissance du nourrisson dépend de la femme enceinte dans 4 domaines : un comportement santé, un environnement favorable, un stress maternel faible et une nutrition infantile adéquate. Le kinésiologue responsable de ce type de population aura un rôle primordial dans la diminution du stress, les saines habitudes alimentaires (en complémentarité avec un nutritionniste) et une bonne santé psychosociale.

Patricia Blackburn, professeure et directrice de maîtrise en médecine expérimentale à l’UQAC, nous a ensuite présenté ses recherches sur l’obésité chez l’enfant et l’adolescent, ainsi que toutes les complications qui s’en suivent. L’importance des parents lors de cette période étant primordiale, elle a su nous sensibiliser au rôle que nous aurons en tant que kinésiologue pour encourager nos clients à adopter de saines habitudes de vie.

De brefs rappels nous avertissent de l’évolution de l’obésité durant ces dernières décennies : les années 1970 comptent 5% d’enfants obèses, en 2013… 13%. De cela nous pouvons ajouter 25% d’enfants en cas de surpoids et une réelle augmentation d’obésité sévère. Nous pouvons être sûrs que ces chiffres auront largement augmenté les années à venir, c’est un problème majeur de santé public !

À quels soucis sommes-nous confrontés en étant obèses dès l’enfance ? En plus de l’esthétisme, des complications cardiométaboliques entrent en jeu (Hypertension, Diabète de type 2, dyslipidémie). Lorsque l’IMC augmente, des facteurs de risques s’en suivent et la personne est beaucoup plus vulnérable de développer une maladie cardiaque. Ajoutons à cela que l’enfant à 62% de chance de conserver le surplus pondéral étant adulte et 71% si ses parents sont aussi atteints par l’obésité. Ce serait la première génération dont l’espérance de vie sera plus courte que celle de leurs parents !

Des interventions auprès de jeunes ont été réalisées pendant une durée de 16 semaines. Elles ont été fondées sur 4 points essentiels : la nutrition, l’activité physique, la diminution de loisir sédentaire et la gestion du comportement. Des améliorations ont été perçues ; cependant, quelques mois plus tard, une reprise du poids d’origine a été constatée. Cette expérience démontre l’importance de l’apprentissage de saines habitudes de vie à long terme. Après réflexion, l’implication des parents doit être au cœur des interventions pour l’éducation d’un mode de vie actif et d’une alimentation saine.

Le Projet Famille, développé à l’UQAC, réalise présentement un recrutement de familles pour la prise en charge multidisciplinaire de l’enfant obèse ou en surplus de poids. Si vous êtes dans ce cas, c’est l’occasion d’obtenir un bilan de santé détaillé et un suivi de votre qualité de vie par un kinésiologue !

 

 

The following two tabs change content below.

Baptiste Hagège

Le sport étant mon domaine de prédilection j’ai pu mettre les voiles vers les horizons de la santé grâce à la kinésiologie. Fasciné par la découverte de nouvelles populations j’ai eu l’occasion de travailler avec des personnes en milieu carcéral, en situation de handicap et des enfants en cas de surpoids. La cuisine, la musique et les expéditions plein-air font aussi partis de mes passions quotidiennes. Ce blog permettra j’espère de vous informer au mieux de ce qui se fait dans le milieu du sport et de la santé à l’UQAC, bonne lecture !

Derniers articles parBaptiste Hagège (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *