ÉTUDES LITTÉRAIRES

Littérature rime avec ouverture

Image Jess. 2Par Jessica Lavoie, étudiante à la Maitrise en lettres

La fin de mon baccalauréat, qui arrive à grands pas, amène avec elle son lot de questions…

Qu’ai-je fait durant ces trois années qui sont passées comme un coup de vent? Qu’ai-je appris? Qu’est-ce qui, chez moi, a changé? Car, s’il y a une chose dont je suis certaine, c’est que je ne suis plus la même personne qui a franchi le seuil de l’UQAC pour la première fois à l’automne 2012.

Le baccalauréat en Études littéraires françaises m’a permis d’être un individu meilleur. Ce programme m’a appris à m’ouvrir sur le monde. J’ai connu plusieurs époques et plusieurs cultures. J’ai tenté, chaque fois, de saisir leur vision des choses, leurs valeurs et ce qu’elles avaient à m’apporter.
J’ai voyagé, j’ai parcouru la planète durant les trois dernières années.

J’ai dévoré des centaines livres, me réjouissant à l’idée que chacun d’eux avait quelque chose à m’apprendre sur le monde qui m’entoure, mais aussi sur moi-même. La littérature a ceci de merveilleux qu’elle nous amène à réfléchir, à nous questionner et, quelquefois, à nous redéfinir.

Mon parcours universitaire a aussi développé mon esprit critique. Le baccalauréat en Études littéraires françaises m’a poussée à penser de manière autonome et m’a permis d’exercer mon jugement critique et de remettre les choses en question.

Dans les trois dernières années, j’ai aussi fait de belles rencontres. Il y a eu, bien sûr, les camarades de classe, mais également les professeurs. Effectivement, j’ai connu, dans mon programme, des professeurs chevronnés et dévoués à la réussite de leurs étudiants. J’ai aussi eu la chance de faire la connaissance d’un professeur qui m’engagea comme assistante de recherche pour travailler sur la métaphore paternelle. À ce moment, j’ignorais l’impact que cette rencontre aurait dans mon parcours académique. Très rapidement, mon intérêt pour cette problématique s’accrut. Plus d’un an est passé, mais le désir d’approfondir, à mon tour, la question du père ne m’a pas quittée.

Bref, c’est pour toutes ces raisons qu’à l’automne prochain je commencerai une maîtrise en lettres.

Je ne peux me résoudre à quitter, si tôt, cette magnifique aventure que sont les études en littérature.

Jessica

 

The following two tabs change content below.

Jessica Lavoie

Je me nomme Jessica Lavoie et je suis étudiante à la Maîtrise en lettres à l'UQAC. Je suis également détentrice d'un Baccalauréat en études littéraires françaises. La littérature représente beaucoup pour moi, c’est pourquoi j’aimerais l’enseigner au collège ou à l’université. Je suis convaincue que la littérature peut apporter encore beaucoup à la société et c’est pour cette raison que je n’hésiterai jamais à prendre sa défense. Mes articles vous transporteront dans deux mondes absolument merveilleux : celui de la littérature et celui de l’enseignement. J’espère que vous apprécierez le voyage!

Derniers articles parJessica Lavoie (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *