POLITIQUE

Serez-vous libre de voir plus loin?

Voir plus loinPar Ariane Néron Lapointe, étudiante au Baccalauréat en science politique

Cet article est à la fois revanchard et instructif, s’adressant à ceux qui vocifèrent que nous sommes des « pelleteurs de nuages » professionnels et à vous tous qui avez eu la transcendance de la science politique.
Si parfois nous, futurs bacheliers en science politique, donnons l’impression d’être des universitaires perdus dans un no man’s land puisque notre avenir n’est ni linéaire ni circulaire, en réalité, notre destin est plus beaucoup complexe. D’emblée, la science politique n’offre aucune carrière définie et c’est de là qu’elle tire tout son charme; la science politique est chaotique et peut-être même romantique, car l’ambition et le rêve n’y ont aucune limite. Ce charme demande toutefois de la rigueur, car devenir un « pelleteur de nuages » professionnel ce n’est pas seulement, ou rarement, se languir dans un baccalauréat de trois ans, mais c’est viser un peu plus haut et un peu plus loin. Adopter la science politique, c’est un travail de toute une vie. Ça peut prendre trois, cinq ou encore dix ans, cela dépend de l’ambition, de l’humeur et du temps. Bref, un baccalauréat n’est pas notre seul outil. Il faut accepter l’inconnu, ce qui signifie se précipiter dans une maitrise puis, peut-être, dans un doctorat et pendant un moment devoir faire ses preuves, montrer ce que l’on a de plus à offrir à cette science politique. Devenir un « pelleteur de nuages » professionnel c’est donc un processus long et ardu.
Si vous choisissez cette voie, l’Université deviendra votre deuxième maison pendant de courtes années et se débarrasser d’elle sera tâche une difficile. Les débouchés de la science politique étant nombreux, dû à la variété des domaines qui la composent – droit, communication, histoire, économie, sociologie, philosophies, etc. –, et surtout peu routinier, – politologue, député, attaché politique, analyste politique dans des institutions privées ou publiques, diplomate, conseiller politique, postes dans la fonction publique ou dans différents organismes communautaires et de développement, coopération internationale, etc. –, vos intérêts et votre volonté seront alors vos meilleurs alliés pour vous orienter dans cette science politique et devenir autre chose que le classique 8 à 5 ayant pour trame de fond « métro, boulot, dodo » qui convient à beaucoup, mais qui ne m’a pas encore convaincu.

The following two tabs change content below.

Ariane Néron Lapointe

Je me nomme Ariane Néron Lapointe et je suis étudiante en dernière année au Baccalauréat en science politique. Jusqu’à l’âge de 20 ans, entre l’histoire, la criminologie, la communication et la science politique mon cœur balançait. Depuis, je suis tombée follement amoureuse de tous ces moments dans la vie des hommes où les idéologies, les mouvements sociaux, les politiques publiques, les relations de pouvoir... forgent cette science politique qui est désormais mienne et qui, je l’espère, me permettra de susciter chez vous de l’intérêt.

Derniers articles parAriane Néron Lapointe (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *