PLEIN AIR

Les initiatives universitaires

Par Jean-Philippe Huard, étudiant au Baccalauréat en intervention plein air

Durant la majorité des expériences scolaires alogobacBIPAntérieures que j’ai vécues, peu m’incitaient autant à prendre les commandes de mon éducation, que mon aventure universitaire. Les projets proposés incitent les élèves à communiquer entre eux afin d’échanger leurs perceptions et leurs connaissances sur des sujets d’actualités. Les horizons sont larges et la disponibilité des professionnels assurent un développement à plusieurs niveaux.

Dans le cadre de deux cours de leadership, les étudiants doivent effectuer des recherches, rencontrer des dirigeants d’entreprises, planifier des expéditions d’envergures à l’étranger, bref l’organisation et le travail d’équipe sont deux valeurs priorisés durant ces différents types de travaux. Quand vient le temps de travailler avec diverses personnes, étudiants, professionnels, etc, il est important de faire preuve d’empathie et d’adaptation. Lors de rencontres préparatoires, il est nécessaire de fixer des objectifs communs et de consulter les membres de l’équipe. En ajoutant une petite touche d’humour, le groupe travaille dans un climat propice à la création et au respect de chacun.

Ensuite, à l’intérieur du cours de logistique de camps fixes, mon coéquipier et moi sommes entré en contact avec l’Officier logisticien de la Croix-Rouge, afin d’obtenir des réponses précises au sujet de cet organisme. Ce travail consistait à créer un annuaire professionnel de 4 champs avec lesquels, un étudiant en Intervention Plein Air au Baccalauréat est susceptible de travailler. Il y avait les domaines suivants : l’humanitaire, le tourisme d’aventure, le culturel et les campements scientifiques et industriels. Durant ce cours, des rencontres avec un responsable de la CSST, un représentant d’une entreprise d’Énergies Renouvelables, un atelier sur l’électricité et un représentant d’une compagnie de propane, sont venues bonifier les connaissances en lien avec la logistique de camps fixes.

Finalement une fin de semaine dans un domaine de Zoothérapie a approfondie l’univers de l’intervention éducative et thérapeutique par le Plein Air. Le contact avec les animaux est un moyen pour les zoothérapeutes  de déceler les limites sociales chez les gens en général. Lors de cette fin de semaine, nous avons effectué de la relaxation en plein air, avons observé et joué avec des chiens, chevaux et même un cochon domestiqué a pris place dans le groupe d’animaux participants.

Pour conclure, les avenues et les opportunités en matières d’emplois pour le Bachelier en Intervention Plein Air, dépendent des intérêts, des motivations et surtout des initiatives professionnelles qui motivent la personne. Pour ma part, j’ai un faible pour le domaine de la logistique en tourisme d’aventure et l’intervention éducative et thérapeutique par le Plein Air. À vous de découvrir vos horizons!

Jean-Philippe Huard

 

 

The following two tabs change content below.

Jean-Philippe Huard

Je m’appelle Jean-Philippe Huard, j’étudie au Baccalauréat en intervention plein air à l’UQAC. En tant que futur intervenant, je suis mon propre outil. À chaque sortie en nature, je développe mes habiletés, je vous invite à suivre mes aventures à travers le Blog-UQAC.

Derniers articles parJean-Philippe Huard (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *