PHYSIO

Le phénomène de douleur référée: inconnu du public

Par Philippe Ouellet, étudiant au Baccalauréat en sciences de la réadaptation (physiothérapie)

Pourquoi les étudiants en physiothérapie passent-ils autant de temps à étudier toute l’anatomie des viscères et des différents organes du corps s’ils sont des spécialistes du neuro-musculo-squelettique ? Ne devraient-ils pas juste apprendre les muscles, tendons et ligaments ainsi que les nerfs qui les commandent ? C’est juste les médecins qui s’occupent de ces problèmes-là non ?

L’une des réponses à cette question est que le corps est un ensemble complexe, ça vous le savez sûrement déjà. Mais il existe également un autre phénomène plutôt méconnu qui doit faire partie intégrante de tout diagnostic physiothérapeutique : les douleurs référées.

Prenons un exemple pour mieux comprendre en quoi consiste réellement cette douleur. Par exemple, un client peut venir voir un physiothérapeute parce qu’il a mal à l’épaule depuis quelque temps. Pourtant, celui-ci, à la suite de ses nombreux tests, n’est pas capable de rien conclure quant à une problématique musculo-squelettique.

BOUM ! C’est ici que le phénomène de douleur référée peut arriver. En effet, cette douleur peut être expliquée par un désordre ou un trouble à l’intérieur des viscères (organes de l’abdomen et du thorax). Le client qui a mal à l’épaule peut avoir une infection au niveau des reins, organe pourtant bien loin du lieu de la douleur identifiée. C’est expliqué par l’innervation segmentaire des organes et des muscles au niveau de la colonne vertébrale.

Trente-trois paires de nerfs sortent de chaque côté de la moelle épinière. Les nerfs servent à relayer l’information qui provient de différents endroits du corps vers le cerveau et vice-versa. Il se trouve que l’une de ces paires de nerfs innerve à la fois l’épaule et le rein. Le rein envoyant un signal de douleur, le cerveau se trompe et pense qu’il vient de l’épaule, étant donné qu’ils proviennent de la même racine. Ce phénomène demeure relativement inexpliqué mais il explique l’importance de bien connaître l’ensemble du corps humain en physiothérapie.

Le physiothérapeute a ainsi les outils de base pour affirmer que cette personne avait aucun problème musculo-squelettique et il peut ainsi la référer au spécialiste concerné. Ce faisant, il devient un intervenant de première ligne dans le milieu de la santé, tout comme les médecins.

Finalement, la physio, c’est rempli de beaux problèmes vraiment passionnants !

A+, Phil

The following two tabs change content below.

Philippe Ouellet

Je me présente, Philippe Ouellet, un étudiant de 22 ans en physiothérapie à l'UQAC. Originaire du Saguenay, je m'intéresse à plusieurs choses et je savoure la vie à pleine dents ! Je suis un gars dynamique, qui sait se garder occupé: je nage pour l'équipe universitaire des Inuks et je suis représentant de cohorte au sein du comité exécutif de l'association des étudiants en physiothérapie (ADEP). Autrement, j'adore la cuisine, lire et monter à cheval.

Derniers articles parPhilippe Ouellet (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *