POLITIQUE

La valse du politique

Léa et ArianePar Ariane Néron Lapointe, étudiante au Baccalauréat en science politique

Loin de moi l’idée de vous imposer mon opinion, mais plutôt vous faire part d’une de mes plus grosses expériences dans la machine politique. Le mois dernier, je me suis incrustée, un peu par hasard, avec mon amie Léa, au Forum des Jeunes du Bloc Québécois; un évènement d’une envergure qui m’était jusqu’alors inconnu. En effet, j’avais accepté d’y aller, sans avoir un quelconque statut particulier dans ce parti, dans l’optique de peut-être me découvrir une passion quelconque pour le politique dans son sens le plus froid. Qui sait? Si le militantisme politique ne m’a jamais vraiment intéressée, disons que pendant ces deux jours dans la métropole québécoise j’ai parfois été ébranlée par l’adhésion puissante, la passion que suscite un tel évènement. J’étais bien loin des assemblées générales universitaires et des soirées partisanes entre divers «militants». J’ai débarqué dans un univers étrange où amitié et rivalité se confrontent dans l’arène de la politique. Bref, il était clairement temps que je sorte de mon cocon universitaire. Contrairement à la croyance populaire, nous étudions en science politique rarement pour atteindre un quelconque pouvoir. De plus, nous ne sommes pas tous fortement imbriqués dans la machine politique puisque, à la critiquer si souvent, elle devient un peu étrangère à nos idéaux.

Si vous (comme moi) doutez parfois de l’importance de la participation électorale, à ce forum, elle donnait l’impression d’être essentielle. Ici, le moindre des votes comptait dans l’optique d’orienter les grandes lignes du prochain programme électoral du parti; l’exercice démocratique y était sublimé. Certes, les débats, les diverses propositions et les demandes de votes n’étaient pas d’envergure à changer le cours de l’histoire, mais ils permettaient à un tas de jeunes d’imposer leur vision d’une société et de se positionner sur des enjeux que trop de gens négligent. Les opinions étant parfois à fleur de peau entre les divers militants, la partisanerie n’étant pas toujours de mise, je me prenais parfois à prendre un camp en particulier et à devenir à mon tour comme tous ces militants du Bloc Québécois, un peu survoltée. Malgré un Forum de près de huit heures, je me suis surprise à aimer l’idée que nous étions tous rassemblés dans un même lieu en vue d’établir un projet de société. En soirée, ayant discuté jusqu’à trois heures du matin avec des gens exceptionnels, tant sur la politique que sur des sujets assez futiles, je me suis dit que j’avais un peu démonisé l’esprit du militantisme politique avec ses rivalités de pouvoir. La vérité? Dans le militantisme politique comme dans la vie, il y a des gens qu’on aime moins, des arrivistes et de grosses têtes, mais beaucoup sont comme moi idéalistes et passionnés. Nous venons tous d’horizons différents et pourtant nous sommes tous passionnés par l’objet du politique, et ce, malgré le désenchantement que cette discipline suscite parfois à notre époque. Le lendemain, après mes trois heures de sommeil, je me suis mise à réfléchir. Je me questionnais sur l’enjeu d’une telle journée : qu’est-ce qui pousse les gens à s’incruster dans la machine politique et devrions-nous y faire notre place? À suivre…

The following two tabs change content below.

Ariane Néron Lapointe

Je me nomme Ariane Néron Lapointe et je suis étudiante en dernière année au Baccalauréat en science politique. Jusqu’à l’âge de 20 ans, entre l’histoire, la criminologie, la communication et la science politique mon cœur balançait. Depuis, je suis tombée follement amoureuse de tous ces moments dans la vie des hommes où les idéologies, les mouvements sociaux, les politiques publiques, les relations de pouvoir... forgent cette science politique qui est désormais mienne et qui, je l’espère, me permettra de susciter chez vous de l’intérêt.

Derniers articles parAriane Néron Lapointe (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *