PLEIN AIR

La créativité dans le plein air

Feu glaceTente enneigeePar Jean-Philippe Huard, étudiant au Baccalauréat en intervention plein air

La stimulation des sens grâce au plein air est une véritable façon de favoriser divers développement chez les individus. Le plein air a un effet positif sur la créativité. Au contact de la nature, la majorité des gens ressentent une liberté unique au moment passé dehors. Les journées chargées de cours et de travaux disparaissent faisant place à l’épanouissement du moment présent. Alors que la plupart des plaisirs sont rattachés aux valeurs matérialistes, mes amis et moi concentrons nos énergies sur des projets de développement personnels et sociaux dans un univers de création universitaire exemplaire. Dernièrement, j’ai passé plusieurs jours en sortie. Bravant les températures hivernales, la neige et la glace ont fait place à la joie de vivre des moments inoubliables avec des gens uniques. Parti avec un traîneau d’expédition rempli de matériel, j’ai partagé un campement lourd avec 5 aventuriers. Se déplaçant à la carte et boussole, s’abreuvant grâce à l’eau se trouvant sous une couche de glace de 3 pieds nous avons travaillé dur pour obtenir une qualité de vie de niveau professionnel et ça valu la peine à 100 %. Par exemple, lors de nos expéditions il arrive souvent de recevoir les professeurs à manger. C’est à ce moment que nous avons l’opportunité d’en apprendre davantage sur les qualités de nos mentors et de les choyer avec des repas et des desserts dont ils se rappelleront. Par exemple, la crème glacée et la tarte au sucre est un mélange fort apprécié dans nos maisons, alors que lorsque servi en sortie sur le terrain, c’est tout simplement extraordinaire. La réalité du fabuleux monde du plein air est vécue par l’ensemble des membres du Baccalauréat en intervention plein air. Comme je le mentionne plus haut, notre créativité est fertile et pour réaliser nos projets ambitieux nous devons l’utiliser à bon escient. Lors des cours de Gestion de projets, nous mettons en place des structures événementielles pour créer des sources de financement. La fin de semaine dernière, suite à une expédition en raquette avec traîneau, moi et trois de mes amis sommes sortis du bois pour aller effectuer chacun 48 kilomètres de ski de fond dans le cadre d’un Ski-o-thon. Cet événement était organisé afin d’amasser des fonds pour un projet de fin d’études. Radio-Canada, TVA et VTélé sont quelques-unes des chaînes qui ont d’ailleurs réalisé des entrevues avec certains de mes collègues universitaires à l’origine du projet. En résumé, nos expertises sont larges. Dans le cadre du cours de Vie en milieu en naturel et logistique de campement en conditions hivernales, j’ai moi-même conçu un traîneau d’expédition complètement en bois. Je l’ai conçu de façon à loger une planche dorsale facilitant ainsi une évacuation de victimes. Nos connaissances sont aussi mises à l’épreuve: sur la photo de moi plus haut, je fais un examen dans laquelle je dois faire bouillir de l’eau sur un feu à partir d’une seule bûche en moins de 15 minutes. Nous poursuivons donc notre apprentissage, que ce soit pour planifier de futures sorties ou bien s’entraîner dans le but de devenir de meilleurs intervenant plein air. Jean-Philippe Huard

The following two tabs change content below.

Jean-Philippe Huard

Je m’appelle Jean-Philippe Huard, j’étudie au Baccalauréat en intervention plein air à l’UQAC. En tant que futur intervenant, je suis mon propre outil. À chaque sortie en nature, je développe mes habiletés, je vous invite à suivre mes aventures à travers le Blog-UQAC.

Derniers articles parJean-Philippe Huard (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *