POLITIQUE

Ce n’est qu’un aurevoir : l’éloge de la réussite

cenestquunaurevoirPar Ariane Néron Lapointe, étudiante au Baccalauréat en science politique

Dans ce dernier article pour le blogue UQAC, alors que je m’apprête à tirer ma révérence d’une des expériences les plus significatives de mon existence, c’est-à-dire mon baccalauréat en science politique, je me demandais quelle était la plus grande des réussites. Je suis de ceux pour qui la réussite est une valeur cardinale, mais pas cette réussite pour laquelle nos résultats scolaires et les offres qui en découlent fascinent. Loin de moi l’idée d’en faire une réussite illusoire, cependant, elle ne s’inscrit pas au-delà de l’histoire, cette histoire que nous les hommes en tant qu’hommes façonnons.

Durant ces trois dernières années, je demeure persuadée que ma plus grande réussite repose sur une leçon d’humilité qui m’a été enseignée tout au long de mon parcours universitaire : l’Être. Depuis 2011, j’ai rencontré des gens extraordinaires avec qui j’ai fait travaux, projets et voyages, mais surtout avec qui j’ai grandi. Outre mes camarades, ce sont mes professeurs qui ont fait de moi l’étudiante qui fera son dernier examen ce lundi. Remplis de convictions et de réflexions, mes professeurs m’ont amenée vers le dangereux chemin de l’introspection. Au-delà de l’expérience universitaire, ces professeurs, engagés et intègres, ont défini non pas ce que l’on doit être dans cette société, mais ce qu’il faut devenir. Ils n’ont pas formé une travailleuse, mais une citoyenne, une militante, une intellectuelle qui ne peut accepter le statu quo tel qu’il est, car pour les générations antérieures et les générations futures nous devons Être. Être est la plus belle des réussites et cela demande du courage. Malgré les adversités qui se dresseront sur mon chemin, la patience et la générosité de mes professeurs m’accompagneront et me donneront le courage nécessaire pour Être.

Merci.

The following two tabs change content below.

Ariane Néron Lapointe

Je me nomme Ariane Néron Lapointe et je suis étudiante en dernière année au Baccalauréat en science politique. Jusqu’à l’âge de 20 ans, entre l’histoire, la criminologie, la communication et la science politique mon cœur balançait. Depuis, je suis tombée follement amoureuse de tous ces moments dans la vie des hommes où les idéologies, les mouvements sociaux, les politiques publiques, les relations de pouvoir... forgent cette science politique qui est désormais mienne et qui, je l’espère, me permettra de susciter chez vous de l’intérêt.

Derniers articles parAriane Néron Lapointe (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *