PLEIN AIR

Camping lourd d’hiver

Pulka

Par Jean-Philippe Huard, étudiant au Baccalauréat en intervention plein air

Au Baccalauréat en Intervention Plein air, les aventuriers disposant de matériel personnel de camping 3 saisons peuvent s’adapter suite à quelques cours sur la thermorégulation. Il est certain que dans le cadre pédagogique universitaire, les étudiants doivent s’attendre à investir de l’argent. Cependant, l’investissement le plus important s’effectue en temps. Être en mesure de bien gérer sa vie personnelle et professionnelle est un objectif que la plupart d’entre nous partagent.

La session d’hiver renferme des richesses sur le plan des apprentissages. Au cour de ma formation en vie hiver et logistique de campement fixe, je ferai du camping lourd. Ce qui entend le transport d’équipement lourd. Pour répondre à ce besoin, la conception d’une pulka ou d’un toboggan d’expédition nous est enseignée en classe. Des tentes de types prospection minières, appelée dans notre langage «tente prospecteur» et des poêles avec cheminées démontables prendront place dans nos traîneaux, en plus de notre matériel personnel et les repas pour 4 jours. Environ une fois par semaine, pendant près d’un mois,  les professeurs transportent leurs élèves dans l’univers du plein air hivernal. Lorsque les techniques spécifiques à ce types d’activités sont contrôlées, les étudiants perfectionnent leurs connaissances, rassemblent le matériel manquant et le départ est sonné.

Le défi, lors de ces excursions en condition hivernale purement québécoise, est de prendre en considération les forces et faiblesses de chacun des membres de l’équipe et de travailler ensemble à conserver un climat d’apprentissage détendu et agréable. D’où l’importance d’une bonne planification des repas et d’une excellente implication au niveau de la préparation physique personnelle. Savoir répondre aux besoins primaires de son entourage permet de repousser les limites de l’éducation expérientielle. Le camping d’hiver lourd permet aux étudiants de concevoir de nouveaux menus riches et variés. Il n’est pas seulement question de nourriture déshydratée et de noix. Par exemple, les soupes chaudes, les pâtes servies avec des sauces épaisses et les desserts font des repas 3 services ont le pouvoir de transformer nos rudesses de l’hiver québécois en un moment de plaisir  à partager.

 

Jean-Philippe Huard

The following two tabs change content below.

Jean-Philippe Huard

Je m’appelle Jean-Philippe Huard, j’étudie au Baccalauréat en intervention plein air à l’UQAC. En tant que futur intervenant, je suis mon propre outil. À chaque sortie en nature, je développe mes habiletés, je vous invite à suivre mes aventures à travers le Blog-UQAC.

Derniers articles parJean-Philippe Huard (voir tous)

2 réflexions sur “ Camping lourd d’hiver ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *