PRÉ_PRI

«Comment…oups, COMBIEN!»

Par Suzie Tardif, étudiante au Baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement au primaire

Dernièrement, mes élèves me demandaient de nouveau une activité avec des saynètes. Ils avaient bien apprécié celle sur les procédés qui entravent le dialogue (voir article Quand art dramatique rime avec éthique). Je voulais en refaire, mais je ne savais pas quel sujet aborder dans celles-ci.

Puis, lors d’une période libre durant laquelle mes élèves peuvent s’acheter des surprises, j’ai entendu une jeune fille demander : « c’est comment pour une réglisse?».  Dès lors, j’ai su sur quoi aller porter mes saynètes: les erreurs verbales communes en français.

Le processus est bien simple: 

Une fois par semaine, je demande à  deux élèves de présenter une saynète portant sur une erreur verbale. Ces derniers ont 10 minutes pour se préparer. Ils doivent absolument dire ce qui est écrit sur les petits cartons que je leur remets, mais la créativité est de mise pour la mise en scène. Ils peuvent ajouter du texte ou de petites scènes. Voici un exemple de saynète:

Exemple Saynète

Une fois que les 10 minutes sont écoulées, mon duo de la semaine présente leur saynète aux autres élèves de la classe. Ceux-ci doivent trouver quelle est l’erreur commise. Une fois l’erreur trouvée, je donne quelques explications quant à  la règle de français se rapportant à  l’erreur.  Je m’assure  de corriger par la suite les élèves qui commettent les erreurs présentées dans le cadre des saynètes.

Dans le même ordre d’idées, «les arts sont essentiels pour la formation du jeune, de la même façon qu’ils sont indispensables à  la vitalité d’une société» (Marchand, 2006). Il importe d’en faire dans notre classe afin de rejoindre les élèves plus artistiques. «Les arts sont porteurs [
] de savoirs divers» (Marchand, 2006). Dans le cadre de cette activité, les arts permettent de transmettre une information de manière différente tout en amusant les élèves.

Je crois que ce qui est le plus formidable, c’est que mes élèves se corrigent entre eux depuis le début de cette activité. Un peu avant la semaine de relâche, j’ai entendu un jeune garçon dire à  son ami : « pas comment…COMBIEN!». 🙂 Quel plaisir d’entendre cela!

Référence:

Marchand, C. 2006. « à€ l’école des arts ». Vie pédagogique, nº141, novembre 2006, p.27. Montréal : ministère de l’à‰ducation, Direction générale des services éducatifs.

The following two tabs change content below.
Je me nomme Suzie Tardif et je suis étudiante à la Maîtrise en éducation. J'ai terminé, en 2013,  mon Baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire à l'Université du Québec à  Chicoutimi. À travers mes articles, vous pourrez découvrir trois passions qui m'inspirent : l'éducation, l'orthophonie et les voyages. Bonne lecture !

Derniers articles parSuzie (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *