HISTOIRE

« Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. » – €“Benjamin Franklin

Par Annie Lapointe, étudiante au Baccalauréat en histoire

Contrairement à  ce que les gens peuvent penser, mon implication étudiante n’a pas toujours fait partie de ma vie. Le seul «bénévolat » que j’avais fait avant l’année 2007 était d’avoir été dans mon comité d’album des finissants à  l’école secondaire Kénogami. Par contre, à  mon entrée à  l’Université Laval en 2007, mon envie de redonner à  la société a pris le dessus de ma gêne. Comme je faisais partie d’un baccalauréat où le nombre d’étudiants était inférieur à  20, il fut facile d’entrer dans l’association étudiante. De fil en aiguille, j’ai intégré de plus en plus de comités; Mira-Laval, Collègue Frontière, le journal l’Anachronique et finalement la CADEUL (le MAGE-UQAC de l’Université Laval). Il était certain qu’en faisant mon entrée à  l’UQAC, je souhaitais intégrer le milieu de l’implication. Après être devenue présidente de mon association, j’ai recommencé à  intégrer de plus en plus de comités. Cette année, je mets l’emphase sur le côté administratif de l’implication; comité de projet de milieu, comité du Fond monétaire spécial (eh oui, c’est moi qui aide à  décider si vos projets ont des subventions!), le conseil d’administration et le comité aviseur du budget du MAGE-UQAC. J’ai cependant du réduire mon implication cette année du au fait que je travaille maintenant pendant mes études. Cependant, je voulais vous offrir quelques conseils pour les personnes qui souhaitent s’impliquer et hésitent à  le faire :

– Premièrement, définissez le nombre d’heures dont vous disposez par semaine. Et cela ne veut pas dire dans une bonne semaine, mais plutôt dans la pire semaine. On ne peut décider de tout abandonner en fin de session, car on a mal évalué nos tâches.

– Ensuite, choisissez votre type d’implication; communautaire, culturelle, administrative, politique, etc.

– Décidez si vous voulez vous impliquer à  l’intérieur ou à  l’extérieur de l’université

– Par la suite, si vous choisissez le milieu universitaire, aller rendre une visite aux gens du MAGE-UQAC. Ce sont des gens sympathiques et disponibles qui vont pouvoir répondre à  vos interrogations. Ils vont aussi pouvoir vous informer des ouvertures prochaines dans les comités de l’UQAC ou vous recommander aux personnes responsables de votre association étudiante.

– La dernière étape; se préparer à  devoir se vendre surtout si on se présente pour un poste électif. Peu importe si on n’a aucune expérience, l’important c’est d’avoir confiance en soi!

 

Bonne implication!

Et n’oubliez pas qu’il reste deux postes à  combler au conseil d’administration du MAGE-UQAC!

Annie

Suggestion lecture de la semaine : La lune dans un HLM de Marie-Sissi Labreche. Pour ceux ayant lu Boderline et La Brèche, La lune dans un HLM est une suite logique; il s’agit d’une auto-fiction en deux parties. Dans la moitié des chapitres, l’auteure nous raconte ses vraies expériences avec sa mère schizophrène après la mort de sa grand-mère. Dans l’autre moitié, c’est un personnage imaginé qui nous montre ce que serait devenu Labrèche si elle avait habité avec sa mère après la mort de sa tutrice naturelle, sa chute vers la folie ce qui l’aurait empêché de devenir une auteure talentueuse.

 

The following two tabs change content below.

Annie Lapointe

Je m'appelle Annie Lapointe, je suis étudiante en histoire et en administration. Passionnée et impliquée, maniaque de lecture et de musées. Contradictoire: je peux être entêtée et fonceuse à mes heures, réservée et posée à d'autres moments. Bonne lecture!

Derniers articles parAnnie Lapointe (voir tous)

Une réflexion sur “ « Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. » – €“Benjamin Franklin ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *