ENS.SECONDAIRE

La ligue de soccer intérieur de l’UQAC

Par Sebastian Kluth, étudiant au Baccalauréat en enseignement au secondaire — profil univers social

Bonjour à  tous et à  toutes,

Je suis enfin de retour dans la blogosphère uqacienne pour vous parler de la ligue de soccer intérieur de l’UQAC qui s’est déroulée entre le mois de septembre et le mois de décembre 2010. J’ai adhéré à  cette ligue en tant que joueur individuel vu que je n’avais pas d’équipe. Mais cela n’a pas duré longtemps avant que je sois mis ensemble avec plusieurs autres nouveaux joueurs sans équipe. Notre équipe assez mixte avec des joueurs canadiens, marocains, français et allemands a obtenu le nom  « Arc-en-ciel sensuel » par les organisateurs vu que l’on était en manque d’un véritable nom. La ligue pouvait donc commencer.

Malgré que l’on ne se connaissait pas bien d’avance, notre équipe a réussi à  livrer plusieurs belles performances. Les débuts étaient par contre difficiles. Vu qu’on ne se connaissait pas, on était mal structurés dans nos premiers matchs qui menaient à  plusieurs défaites. Nous n’avions pas de joueur qui pouvait prendre le ràŽle de l’organisateur dans le centre du terrain. Nous n’avions pas vraiment de capitaine stable au sein de notre équipe. Nous ne faisions pas vraiment d’entrainements ensemble et plusieurs d’entre nous avaient un niveau et une manière très différente de jouer. Bref, un véritable esprit d’équipe fallait encore être établi, mais avec nos premiers succès et au fur et à  mesure que le temps avançait, nous nous habituions les uns aux autres.

Jusqu’à  la fin du mois d’octobre, une bonne partie des matchs se déroulaient sur les terrains synthétiques à  l’extérieur de l’université qui étaient plus grands et larges que ceux à  l’intérieur et il nous fallait courir et s’organiser davantage. En plus, le froid vers la fin du mois d’octobre était également nouveau pour certains d’entre nous et les vents à  couper le souffle étaient surtout durs pour les gardiens de but qui bougeaient le moins. Nous nous débrouillions vraiment mieux à  l’intérieur o๠nous jouions surtout vers la deuxième moitié de la ligue.

Au total, il y avait sept autres équipes auxquels on faisait face. Sept équipes de différents endroits comme La Baie ou Bagotville, de différents âges entre environ seize et quasiment trente ans et des fois même de différentes ethnies. Notre victoire la plus remarquable durant le déroulement de la ligue était peut-être la victoire sur un terrain synthétique de 5 à  2 contre les Hornets de Bagotville que l’on a dominé longtemps avant que ceux-ci marquent deux buts vers la toute fin de la partie. Notre défaite la plus folle était sûrement celle contre l’équipe Africa qui remporta plus tard le tournoi. Dans un match o๠presque chaque tir était un but des deux càŽtés, le résultat final étonnant était une défaite de 6 à  8.

Un autre match très remarquable était le match nul de 0 à  0 contre l’équipe Billard Centre-Ville. Lorsqu’un défenseur de notre équipe et un attaquant de l’équipe adverse s’attaquèrent verbalement à  plusieurs reprises, l’attaquant adverse donna un coup de poing à  notre défenseur, ce que l’arbitre ne vit pas. Vu que le responsable de la ligue, qui avait témoigné la situation sur la banque à  càŽté du terrain, ne voulait pas intervenir et mettre en question l’autorité de l’arbitre, l’attaquant adverse ne fut pas averti et notre défenseur fut très fâché. Quelques instants après, les deux mêmes joueurs se croisaient encore et cette fois-là , c’est notre défenseur qui commençait à  se battre et la situation risquait de dégénérer. Plusieurs joueurs adverses s’attaquaient à  notre défenseur ou voulaient séparer les deux combattants et la foule de quatre à  cinq personnes tombait dans un filet à  càŽté du terrain dans le stade du pavillon sportif. Un autre de nos joueurs tentait donc d’intervenir en donnant un coup de pied dans le nœud du petit groupe enragé. à€ l’autre càŽté du terrain, deux autres joueurs s’insultaient et se battaient également, avant la situation se calme tranquillement. Cinq minutes avant la fin officielle du match, celui-ci fut interrompu et deux de nos joueurs se faisaient suspendre pendant plusieurs matchs. Par contre, lors de l’affrontement suivant entre l’équipe Billard Centre Ville et nous, le match se déroula pacifiquement et dans le plus grand respect et tout le monde semblait avoir appris de ses erreurs en gardant leur sang-froid. Un événement plutàŽt négatif suivait après une victoire de 4 à  1 contre le Chinook DD, o๠un but discutable n’avait pas été accordé à  notre adversaire car le ballon semblait être sorti du terrain avant que l’équipe ait marqué son but. Suite à  la décision que le but n’était pas bon, l’adversaire se décourageait et encaissait plusieurs buts et lorsque le match était fini, un des adversaires insultait un de nos joueurs avec des termes racistes. Par contre, le reste de l’équipe adversaire nous félicitait pour la victoire et ne prêtait pas attention aux commentaires idiots de leur joueur qui se trouva vite isolé. Mais de telles scènes nous éprouvent seulement que ce sport est aussi une question d’orgueil et de passion incontràŽlable et même les aspects négatifs ont donc un càŽté positif.

Après environ deux mois d’un à  deux matchs chaque samedi soir (et donc un total de quatorze matchs) arriva alors la série éliminatoire. On avait fini à  la quatrième place du classement de la ligue et affrontait l’équipe CQFA que nous battions de 4 à  2. La semaine d’après, c’était la demi-finale contre l’équipe Billard Centre-Ville qui nous dominait et qui méritait de remporter la victoire de 0 à  2. Malgré un certain moment de déception, notre équipe réussissit à  se remonter le moral et être concentré pour le match pour la troisième place et donc le bronze. Malgré quelques changements et variations au sein de l’équipe pour ce match terminal, nous gagnions ce match avec 5 à  2 contre Chinook LFL. Nous avions donc atteint une troisième place que personne d’entre nous n’avait vraiment estimée lors du début de la ligue. Je trouve qu’il s’agit d’un résultat surprenant et positif vu que nous étions une équipe composée au hasard. Même s’il y avait de temps en temps des petites disputes ou des malentendus dans l’équipe, la plupart du temps nous avons passé du beau temps ensemble en jouant, discutant et riant. Bref, j’ai eu beaucoup de plaisir. En ce qui concerne les séries éliminatoires, c’était l’équipe Africa qui avait remporté la finale avec un 4 à  0 et qui avait pu marquer son nom sur le trophée de la ligue du soccer intérieur de l’UQAC.

Les inscriptions pour la prochaine saison se font déjà  actuellement au Pavillon sportif. Même si un bon nombre de mes coéquipiers ne joueront plus durant l’année prochaine vu qu’ils ont beaucoup de travail, quittent l’université ou veulent tout simplement avoir une pause, je vais essayer de m’inscrire encore et de me trouver une nouvelle équipe pour le mois de janvier. Les coûts d’inscription sont acceptables vu que nous avons un trophée, une ligue structurée et même des arbitres. Si vous êtes intéressé et cherchez également une équipe ou vous voulez m’intégrer dans la vàŽtre, faites-moi signe et laissez-moi un message sur ce blog. Pour tous les autres : venez jouez ou regardez la ligue à  partir de janvier chaque samedi soir. C’est gratuit, c’est proche et c’est sans aucun doute intéressant à  voir!

The following two tabs change content below.
Je suis né le 21 août 1989 à  Leverkusen, en Allemagne, une petite ville industrielle sur le Rhin entre Cologne et Dusseldorf en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L'entreprise Bayer qui produit entre autres de l'Aspirin ainsi que l'équipe de soccer Bayer 04 Leverkusen viennent de ma ville natale. Depuis ma jeunesse, je m'intéresse énormément aux langues et cultures étrangères. J'ai appris le français, l'anglais, le latin, le russe, l'innu-aimun, le japonais et le mandarin à part de ma langue maternelle qui est l'allemand et j'ai pu visiter beaucoup de pays lors d'échanges scolaires. Depuis l'automne 2009, je poursuis un Baccalauréat en enseignement secondaire avec le profil univers social qui m'offre une panoplie de cours différents de plusieurs domaines comme l'enseignement, la pédagogie, la philosophie, l'histoire, la géographie, l'économie et les sciences politiques. En dehors de mes études, je travaille comme portier et bossboy pour le MAGE-UQAC au BarUQAC et comme professeur d'anglais pour le Centre de Langues Sagamie avec des employés de CGI. J'écris également régulièrement pour le Griffonnier, le journal des étudiants de l'UQAC et j'ai ma propre émission de radio à  la CEUC Radio qui s'appelle "à” Canada". Pour d'autres informations, venez faire un tour sur mon blogue: http://kluseba.eklablog.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *